Un regard...
en 650 articles
et 365 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL









lundi 10 juin 2002
Délinquance des mineurs : des réponses
par Joël PLANTET


Les effets d’annonce et les initiatives musclées du nouveau ministère de la Sécurité effraient de nombreux acteurs de prévention. Plusieurs rencontres sont actuellement initiées et la réflexion ne cesse de progresser : des pistes d’action alternatives sont proposées, ne reste aux pouvoirs publics qu’à s’en emparer...


De multiples voix s’élèvent aujourd’hui [1]. Des travailleurs sociaux, des chercheurs, des pédopsychiatres, des magistrats, des associations, des réseaux dénoncent la suractivité des appareils répressifs. Certains syndicats de policiers soulignent qu’ils ne demandaient même pas les flashballs dont on les a magnanimement dotés. L’activité des juges des enfants, quant à elle, se décline de plus en plus au plan pénal, l’action éducative comme l’investigation s’en voyant d’autant réduites. Quatre mille mineurs sont en prison, soit le double d’il y a dix ans. La prévention primaire est de plus en plus défaillante.

Il y a péril démocratique en la demeure : même si le droit a fait de spectaculaires avancées ces dernières années - celui des enfants, ou celui des usagers -, jamais, de l’avis de nombre d’observateurs, l’écart n’a été aussi violent, aussi discriminant entre une réalité quotidienne et sa couverture législative ; jamais, d’ailleurs, la revendication d’égalité n’a été aussi vive. La société continue de mettre à l’écart ceux qui la dérangent. Personne - en France, en tout cas - ne travaille sur la question de son héritage colonial, qui touche pourtant de près la façon dont elle traite sa question sociale. Et où sont donc cachées la démocratie locale, la démocratie participative ? Car les résultats du dernier scrutin pourraient, en simplifiant, ne finalement se réduire qu’à une alternative : davantage de démocratie, ou davantage de répression ?

Monothématique, attisée par la surchauffe médiatique et débouchant aujourd’hui sur des effets d’annonce en cascade, la campagne électorale présidentielle a été à l’origine d’amalgames pour le moins stigmatisant pour les jeunes issus des banlieues. Un colloque intitulé Démocratie, éducation, autorité : quelles valeurs ? Quelles pratiques ? a permis, le 22 mai dernier à Paris, à des éducateurs, des chercheurs, des magistrats, des membres d’associations d’émettre une autre approche, de mettre l’accent sur les inégalités sociales et les discriminations, de même que sur l’utilité d’une justice des mineurs privilégiant la réponse éducative. Pour les magistrats présents, s’agissant de la lutte contre l’économie souterraine des quartiers, davantage d’enquêtes en profondeur seraient autrement plus efficaces que les rondes à risque de la brigade anticriminalité en admettant qu’une véritable politique pénale soit instaurée ; de même, ce n’est pas en traitant les incivilités par ce qu’il est convenu d’appeler le « petit pénal » que l’on éradiquera celles-ci, mais bien plutôt en privilégiant et en faisant connaître des expériences micro-démocratiques ; Car l’acte éducatif se construit toujours dans la durée ; la sanction peut évidemment y prendre place, mais à condition, toujours, qu’elle soit signifiante.

Tous ces acteurs préconisent la tenue d’assises pour une transformation sociale et politique. Sur toutes ces questions, la Ligue française de l’enseignement et de l’éducation permanente [2] éditait il y a peu un recueil de textes destinés à éclairer ces enjeux. De nombreuses expériences locales existent, nous n’en prendrons qu’un exemple : à l’initiative du coordinateur des agents locaux de médiation sociale des Hauts-de-Seine, une association, Citoyenneté et démocratie [3] pousse les jeunes à plus de citoyenneté : inscriptions sur les listes électorales, participation aux comités de locataires, etc. Ainsi, la semaine prochaine (le 6 juin), sera organisée une rencontre entre élus politiques - dont des ténors - et jeunes de cité.

Le syndicat CFDT Interco-Justice Ile de France [4] a, lui, finalisé ces derniers jours un écrit sur la délinquance des mineurs, qui propose deux dispositifs. D’une part, des permanences fixes dans les collèges, tenues par les éducateurs, afin d’y conseiller jeunes en difficulté et leurs familles ; d’autre part, le traitement de manière éducative des mains courantes sans dépôt de plainte adressées à l’éducateur (de la protection judiciaire de la jeunesse) par le commissariat ou la gendarmerie, ceci dans les maisons de justice et du droit ou dans les points d’accès aux droits. Par ailleurs, pourraient être envisagés des allers et retours de mineurs de moins de seize ans entre centres de jour et d’insertion et établissements scolaires, avec à la clé des échanges de savoirs et de professionnels entre PJJ et Éducation nationale.

L’association française des magistrats de la jeunesse et de la famille (AFMJF), enfin [5] propose (entre autres) de renforcer l’ordonnance de 1945, d’inscrire les accueils provisoires dans les centres éducatifs renforcés et les centres de placement immédiat (CER, CPI) dans une continuité d’action éducative, et de créer une mesure pénale à caractère général confiée à des services éducatifs pluridisciplinaires.










Le désastre sanitaire de Fos
Cinquante ans de contraception légale en France : diffusion, médicalisation, féminisation
Des clés pour comprendre le parcours des djihadistes
 



# Dans la même RUBRIQUE
14 Articles

La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Laurent MUCCHIELLI - L’Invention de la Violence
Les violences sexospécifiques et sexuelles à l’égard des hommes
Les politiques face à l’enjeu des banlieues
Violences aux femmes, une affaire d’État
Une lecture des émeutes urbaines
Strasbourg aux heures ouvrables
Les associations d’aide aux victimes demandent des moyens suffisants
Faut-il croire à une montée de l’antisémitisme en France ?
Etat de la violence et violence de l’Etat
Opération Ville vie vacances
Violences urbaines et insécurité : au delà des « simplismes »...
Réagir face aux violences urbaines
La violence institutionnelle ? Aller plus loin dans la question sociale


# Du même AUTEUR
15 Articles

Légion d’honneur pour Martine Trapon
Salut, Victor !
Le travail social bouge encore
La politique de la ville au point mort
L’enfant et la séparation parentale
Les valeurs du travail social menacées
Sectes et travail social, la vigilance s’impose
Vers la pénalisation croissante du travail social ?
La pauvreté, un enjeu politique
Cacher la misère des Roms
Police et habitants : des relations à améliorer
L’intégration des étrangers, enjeu électoral majeur
Le droit de vote des étrangers est inéluctable
Quelle prévention pour quelle délinquance ?
Crise à l’IRTS-Paris


# A voir sur le WEB
1 Références

CESDIP
 

Notes

[1] Voir Mieux vivre ensemble, un enjeu décisif, co-signée par J. Bordet, L. Mucchielli, J. Roman et A. Vogelweith dans Le Monde du 22 mai, ou Insécurité : sortir de la peur, co-signée par F. Dubet et A. Rousset dans Libération du même jour.

[2] Hors-série Des idées en mouvement n¡98 (avril 2002) - Autorité, éducation, sécurité - La Ligue de l’enseignement - 3 rue Récamier - 75341 Paris cedex 07.Tél. 01 43 58 96 97.

[3] Citoyenneté et démocratie - Contact : Zouhairr Ech Chetouani - Tél. 06 23 78 85 43.

[4] CFDT-Interco - 4 bd du Palais - 75055 Paris cedex 01. Tél. 01 44 32 60 44.

[5] Afmjf - Tribunal pour enfants de Paris - Palais de Justice - 75055 Paris-Louvre RP-SP. Tél. 01 44 32 65 13 (sauf le mercredi)




5 Messages de forum

  • > Délinquance des mineurs : des réponses 15 septembre 2002 22:25, par ech chetouani david

    rien que mon nom peut tout dire
    sur ce sujet puisque je le grand frère de zouhairr .
    celui qui a permis sa mère de ettre en justice son père au maroc et pour une autre petite soeur decedee l’année dernière .
    bref:tout est question d’éducation chez n’importe quel ethnie
    je souhaite à zouhairr bon courage .
    il aurait mieux fait de se battre pour la democratie et citoyenntée au maroc et la même chose pour les autres origines.

    Répondre à ce message

    • > Délinquance des mineurs : des réponses 21 mars 2003 13:17, par ztouti

      je ne te connais pas,tu t’est permis d’écrire certaines choses et ta lacheté t’a empéchée de mettre ta signature .
      Sache que je ne suis pas du genre à donné ma signature pour vendre ou donné quelqu’un de la famille.
      chaque être de ma famille vaut beaucoup plus chère .
      à moins que la famille oublie les règles hérarchiques le père et la mère les deux chef de famille suivi de la grande soeur ou du grand frère si la grande soeur se marie elle n’a plus aucun role à joué dans son ancienne famille .mais le respect des règles de bien vivre et herarchique s’applique même si il y a une belle mère à qui ont doit respect et obéissance puisque elle est d’origine musulmane .crois moi j’aurai préféré assisté a son mariage que d’être bloqué dans un asile !suite.....

      Répondre à ce message

      • > Délinquance des mineurs : des réponses 8 mars 2006 14:47, par CASIMIR PERRIER

        EUH même chose que pour le précédent auteur de réactions absurdes ou absloument hors sujet en tout cas, je m insurge de lire des propos aussi vides de sens, de constater de petits règlements de comptes entre personnes qui se connaissent apparemment bien mais qui n’ont aucun respect pour la cause défendue par l’auteur de l’article. Tu sais quoi ta famille on s’en bat les couilles. Si la famille a peut être oublié les règles hièrarchiques, ça dieu seul le sait, en tout cas, ce dont je suis certain, c est qu’elle n’a pas passé son temps à l’école. Bon c’est le message le moins truffé de fautes d ’orthographe que je lis depuis que je consulte les réactions de tes acolytes, mais bon le règlement de compte à la DALLAS (ton univers impitoyableuuuu) n’interesse personne. Je suis bien bête de perdre mon temps à expliquer quelquechose à une personne qui sort d un asile... Ma grand mère me disait toujours (elle avait du bon sens cette dame ça change un peu de ce que l’on peut lire ici) : "il ne faut jamais contrarier un fou" on ne peut jamais prévoir les réactions et là quand je vois à quoi sert helas ce forum, je ne peux que m’insurger de voir cela. Sur ce, a bon entendeur salut

        Répondre à ce message

    • > Délinquance des mineurs : des réponses 8 mars 2006 14:35, par KIRK DOUGLAS

      je ne sais pas en quoi ton nom signifie quelquechose en la matière. L’article est plutot bien rédigé, interessant, plutot constructif et plus que jamais d ’actualité compte tenu des événements d’octobre dernier mais sincèrement, qui que tu sois, avec ton nom, M ECH ECHTOUANI, qui ne me dit rien , à moi, , pauvre lecteur, si ce n ’est que je vois de pitoyables réactions, au mieux indigentes ou incongrues. Je ne vois pas en quoi ton nom est évocateur d’un quelconque progrès démocratique... Attends, je cherche..euh non ça ne me vient pas.
      Cet article est plein de bon sens. Ce qu’il énonce ne semble pas t’ atteindre... Mais sais tu lire ? Je ne sais pas, si tu t adresses à la personne qui a rédigé l’article. Je n ’en sais rien tu es incompréhensible. La prochaine fois essaies au moins d’atteindre un tout petit peu le niveau de ce qui a été écrit plus haut et on en reparlera.
      Voilà je voulais préciser que je ne connais pas l’auteur de l’article mais souhaiterais certainement plus le rencontrer que toni et ton nom insignifiant.

      Répondre à ce message

  • > Délinquance des mineurs : des réponses 6 février 2004 09:24, par ghislane zentar

    bjr je suis maroacain je vie en france et je fai une recher sur les enfants mineur o maroc sa me choke kié o ten de travailleur a cette age la jespere ke sa va chenger

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


Enquête métier
Recherche de stage gratifiable
CDI ASS
référence éducative [1]
journal et handicap
ETP ou passer son chemin?!
prepa concours
Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Un cadeau pour progresser dans ses écrits u ...
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |