Un regard...
en 650 articles
et 365 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL









lundi 25 juillet 2005
Ecologie et travail social
par François NAUDEAU


Mais que peuvent bien avoir à faire ensemble l’écologie et le travail social ? C’est le genre de question que l’on pourrait à priori se poser lorsque l’on est en prise avec les réalités quotidiennes de tout travailleur social devant tracer son chemin dans la jungle des dispositifs légaux. Et ceci dans le seul but d’essayer de faire une place, dans la société, à la population qui constitue notre public. Pour ma part, depuis que je suis devenu assistant social et aujourd’hui responsable d’une unité de service social CRAMIF [1] en Seine-Saint-Denis, j’en suis arrivé à me poser la question sous un angle un peu différent et à peu près dans ces termes : "Comment peut-on faire pour rendre évident le lien qui existe naturellement entre développement durable et travail social ?".


Peut-être est-ce mon expérience professionnelle antérieure (j’ai une formation initiale de technicien paysagiste et j’ai travaillé 7 ans dans le domaine du commerce horticole) ou mon attachement profond aux valeurs liées à la préservation de l’environnement qui m’ont amené à ce questionnement.

Peut-être est-ce mon activité passée en tant que bénévole d’une association d’aide aux malades qui m’a rendu particulièrement sensible aux conséquences de la pollution sur la santé.

Ma "sensibilité écologique" comme pour la majorité d’entre nous, restait assez vague et sans réelle conscience de mon rôle en tant que citoyen.

Une mutation s’est opérée au fil du temps sous l’influence d’acteurs de la cause environnementale (Hubert Reeves, Dominique Belpomme, Nicolas Hulot ou d’associations WWF, France Nature Environnement, Greenpeace...) au travers de leurs actions et de leurs écrits.

Cette prise de conscience m’a renvoyé en écho, ce que l’on voit et entend dans les médias et qui force à faire certains constats qui n’encouragent pas à l’optimisme.

On constate tous les jours le fossé qui existe entre les discours officiels et les décisions prises par les pouvoirs politiques nationaux et internationaux. L’exemple emblématique étant le discours de J. Chirac au sommet de Johannesburg de septembre 2002 qui aurait pu laisser croire que nous étions à un tournant dans la prise de conscience internationale de la situation écologique. Les faits ont démontré qu’en réalité, les gouvernements sont dans l’incapacité de transcrire en actes les prises de position si nobles soient-elles.

De même, pour Dominique Voynet, au sommet de Rio en 1992, alors ministre de l’environnement qui s’est vue dans l’obligation d’accepter le principe des permis de polluer entre pays riches et pays pauvres pour obtenir la signature de l’accord final par les Etats Unis.

Les pouvoirs politiques sont trop souvent soumis aux lobbies industriels et ont en général, une vision à court terme de l’emploi et du développement économique qui leur fait négliger les conséquences à moyen et long terme de leurs décisions.

Les enjeux de la pollution sur la santé par exemple, passent trop souvent après les enjeux économiques. L’exemple de l’épidémie de "Vaches folles" (ESB) induite par l’apport de farines animales dans leur alimentation, par une logique purement comptable, alors que ce sont des ruminants, est à ce titre éloquent.

De plus, les médias ne jouent pas assez leur rôle dans l’information des citoyens (en dehors des images chocs des marées noires) et le public n’est pas suffisamment incité à s’interroger sur les conséquences humaines et environnementales de notre mode de vie actuel.

Le plus souvent, ce sont les ONG qui, seules, tentent d’informer la population (actions du WWF ou de Greenpeace, étude de l’UFC-Que Choisir sur la toxicité des produits ménagers et des désodorisants d’ambiance par exemple).

Ces quelques exemples, parmi beaucoup d’autres, nous amènent à nous poser la question de notre rôle en tant que citoyen pour construire une société plus respectueuse de l’homme et de la nature dont nous faisons partie intégrante. Elles nous interrogent aussi sur notre responsabilité en tant que professionnels vis-à-vis des publics que nous accueillons dans nos services. Nous avons de toute évidence une responsabilité professionnelle dans l’information du grand public sur les questions écologiques et de développement durable puisqu’elles impliquent leur vie quotidienne et leur santé.

En creusant un peu cette réflexion, il m’a semblé que le travail social était concerné potentiellement par, au moins, quatre domaines liés à la notion de développement durable.

Certains font déjà l’objet d’expériences par l’intermédiaire de structures associatives, d’autres sont globalement encore à investir.

• Le domaine pédagogique et éducatif :

Le modèle de société occidentale a une forte propension à nous faire croire que nous n’existons qu’en tant que consommateur (gage de la croissance économique). L’enjeu est de donner au citoyen les moyens de devenir un "consom’acteur" en lui permettant de s’interroger sur le produit, non plus par rapport à sa marque et la publicité qui en est faite mais en tenant compte de son impact sur l’environnement, la santé et son mode de production. On peut citer comme exemple, la consommation d’énergie (éteindre la lumière lorsque l’on quitte une pièce inoccupée est bénéfique pour la planète mais aussi pour son budget, à plus forte raison s’il est modeste). On peut aussi citer l’étude de l’UFC Que Choisir sur les produits nettoyants ménagers de novembre 2004 qui montre que les produits de marque ne sont ni les plus efficaces, ni les moins polluants alors qu’ils sont les plus chers.

• le domaine de la Santé

Les assistants sociaux spécialisés (Hôpitaux, associations et Assurance Maladie) peuvent avoir un rôle déterminant sur le versant de la prévention, trop souvent négligé par les politiques de santé publique.

Il faut rendre accessible à chacun les informations permettant de comprendre l’influence de nos actes quotidiens sur notre santé. Il s’agit de montrer par exemple l’impact des produits chimiques à usage domestique dans notre environnement quotidien, permettre à chacun de devenir vigilant sur ses habitudes de consommation (alimentation, cosmétiques, produits d’entretiens...) qui entraînent des problèmes de santé en augmentation constante malgré les progrès de la médecine curative (SRAS, allergies, stérilité, cancers...) [2]

• le domaine de l’insertion :

Une prise de conscience des enjeux environnementaux existe dans la population, ce qui génère une demande de plus en plus forte de produits bio ou de façon plus large, respectueux des impératifs écologiques. Cela peut permettre entre autres, d’envisager certains nouveaux débouchés sur le marché du travail. Des actions existent comme par exemple les jardins d’insertion qui utilisent l’agriculture biologique comme outil auprès de chômeurs de longue durée. D’autres expériences sont menées autour de la production de produits "commerce équitable" dans les CAT. (www.commerce-solidaire.com)

• La valorisation des cultures traditionnelles et réalisations des populations étrangères.

Les méthodes de cultures et de gestions économiques occidentales apportent parfois plus de problèmes que de solutions. Il faut en effet 3 tonnes de pétrole pour fabriquer 1 tonne d’engrais. Au final il faut 10 à 15 calories d’énergie pour produire 1 calorie alimentaire [3] . De même, on constate un accroissement de la dépendance vis à vis des groupes agro-alimentaires.

La réussite de certaines expériences locales mises en œuvre par les populations elles-mêmes prouve le savoir-faire écologique de ces populations qu’il faut faire connaître (production de coton bio en Inde, réhabilitation économique et écologique de milieu naturel et agricole en Afrique...).

Ces constats permettent de mettre en évidence la nécessité d’une prise de conscience de l’ensemble des professionnels du social sur deux plans :

1. sur un plan citoyen d’abord, afin que chacun prenne conscience de son impact et de sa responsabilité personnelle vis-à-vis de l’environnement et de l’avenir de notre planète.

2. Sur un plan professionnel ensuite, il s’agit de comprendre le rôle essentiel que peuvent jouer les travailleurs sociaux (qu’ils soient éducateurs, assistants sociaux, CESF...) auprès des populations que nous accompagnons au quotidien dans cette prise de conscience écologique. Il est important également de pointer, auprès des pouvoirs publics, les freins au développement de comportements plus respectueux de notre santé et de notre environnement (produits bio trop chers...).

L’ECOLOGIE c’est la "science de la maison" du grec oikos (maison) et logos (science). Le Petit Larousse la définit comme : la science qui étudie les relations des êtres vivants entre eux et avec leur milieu.

Le mot SOCIAL vient du latin Sociare (associer) défini par le petit Larousse comme étant l’ensemble des questions relevant du droit social, des actions concernant l’amélioration de vie et de travail des membres de la société.

Le lien me semble évident entre ces deux mots, à nous de le rendre concret. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit de l’avenir de la planète et donc de tous les êtres vivants qui l’habitent. A nous, de faire du Développement Durable, un nouvel outil du travail social pour ce XXIème siècle.

Post-Scriptum

Article paru dans la revue PLUME, Journal du CLICOSS 93, n°35.

Visiter le site des CLICOSS










Publications des recommandations "Accompagner la fin de vie des personnes âgées à domicile"
Synthèse des résultats de l'appel à contribution "Qualité de vie : handicap, les problèmes somatiques et les phénomènes douloureux"
Accompagner la fin de vie des personnes âgées à domicile
 



L'éthique dans la pratique clinique du psychologue hospitalier
LePasDeCôté N°87 – Novembre – Décembre 2017
Les Rencontres Pratiques Sociales
 



# Dans la même RUBRIQUE
30 Articles

Travailler avec les autres : idéalisation et sensibilité
Mieux vivre et travailler ensemble
« Merci de ne plus nous appeler usagers »
Avis du CSTS relatif au fonctionnement des commissions et instances chargées d’étudier les situations individuelles
Des murs et des identités
Diversité et enjeux des écrits professionnels
La place du social dans la santé
Les valeurs du travail social menacées
Vers la pénalisation croissante du travail social ?
Qu’est-ce qui fait tenir les cadres ?
Être à table : une affaire complexe
Les centres sociaux : au croisement de l’éducation populaire et du développement local
Sur l’analyse de la pratique professionnelle dans le cadre de la formation des éducateurs spécialisés
L’histoire de La coordination en Travail Social
L’accompagnement : une fonction du travail social
LE TRAVAIL EN RESEAU
« Les éducateurs spécialisés : vers une redéfinition de leurs fonctions ? »
Quelle place pour les assistantes sociales du travail du XXIe siècle ?
La santé mentale : articuler le travail social et la psychiatrie de secteur
Introduction...
Drogues licites, drogues illicites
La place du sujet dans le réseau médico-social
Le secret professionnel : ce qu’il en reste...
UN OUTIL D’ENTRETIEN : ELP
Transparence et secret : respect des libertés publiques et des libertés individuelles
Du bon usage du partage de l’information
« De nuit »
Travail social et nouvelles technologies de l’information et de la communication
Travail social et pratiques de la relation d’aide
Entre l’individuel et le collectif


# A voir sur le WEB
2 Références

Réseau Pratiques Sociales
 

ANESM
 

Notes

[1] CRAMIF : Caisse Régionale d’Assurance Maladie d’Ile de France.

[2] D. Belpomme, Ces maladies créées par l’homme, ed. Albin Michel, 2004

[3] Source:http//terrehumanisme.free.fr




5 Messages de forum

  • > Ecologie et travail social 25 août 2005 16:02

    Article très interéssant mériterait d’être fouillé.
    Quel échos en avez vous eu ?
    une admiratrice

    Répondre à ce message

    • > Ecologie et travail social 21 septembre 2005 09:11

      Si ’écologie’ et ’social’ ne sont pas antinomiques , il tombe sous le sens d’une réflexion élargie aux méfaits humains et écologiques de la croissance, que ’développement’ et ’durable’ le sont.

      Répondre à ce message

    • > Ecologie et travail social 30 septembre 2005 20:16, par michel

      bonjour alors moi je suis en plein delires j’ai un tres grand terrain avec toutes les commoditees et je cherche des gens motives pour pratiquer la permaculture mon reve est d’etre entoure d’animaux de fleurs de tipis de maisons en paille mais voila je suis travailleur interimaire en petrochimie donc en deplacement actuellement en arret de travail je suis pret a partager je laisse mon mail au cas ou kanal.michel@wanadoo.fr

      Répondre à ce message

  • > Ecologie et travail social 20 septembre 2005 09:11

    Manquent à l’approfondissement de votre réflexion des références à des idées plus avancées et plus efficaces en matière de lutte contre la destruction de la planète,et dans l’idée de redonner dignité et confiance dans la vie aux populations écrasées par un système qui les utilise,
    je ne citerai que les travaux de Serge Latouche(decroissance.org) ou de Vandana Shiva(protection de la biodiversité) qui sont pédagogiques et ont le mérite que leurs idées avancent du concret, notamment dans l’idée que la vie est la plus haute valeur à protéger ;
    Au delà , serait ce à dire que ce sont les populations défavorisées qui consomment trop de lumières,qui devraient se contenter de la nourriture
    des jardins d’insertion, étrange si le travail social revient à classifier des populations ; emploi et développement durable ne vont pas ensemble à mon avis car tant qu’il y a développement il y a consommation et destruction systématique de l’environnement.Par contre énergies renouvelables ,oui ;à quand des éoliennes en plus grand nombre, la production hydroelectrique au lieu des centrales nucléaires,etc...
    mais la modération en ce domaine réussira t-elle à rattraper l’immense destruction qui avance chaque jour ?

    Répondre à ce message

  • Ecologie et travail social 9 mars 2007 20:02, par Charlotte

    Bonjour !!

    Je suis en dernière année d’étude assistante sociale et je suis moi-même très préoccupée par tout ce qui concerne l’environnement...

    Selon vous, en tant qu’assistant social, que pouvons-nous faire concrètement afin de sensibiliser le public à cette problématique ?

    Charlotte.

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


Information équivalences diplômes assistan ...
Enquête métier
Recherche de stage gratifiable
CDI ASS
référence éducative [1]
journal et handicap
ETP ou passer son chemin?!
prepa concours
Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |