Un regard...
en 647 articles
et 363 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL

Partenaire « Presse » sur OASIS
ESPACE SOCIAL - Revue du Carrefour National de l'Action Educative en Milieu Ouvert








dimanche 13 octobre 2002
La VAE ou l’urgence à ne pas se presser
par Claude MOHAT


« Le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions » dit le dicton populaire. A l’heure où le travail social se réveille avec une gueule de bois liée aux 35 heures et la gestion des plannings horaires, la validation des acquis de l’expérience, qui promet à tout un chacun l’accès aux diplômes sans passer par la formation, ne risque-t-elle pas d’être, aussi, une autre de ces fausses bonnes idées susceptibles de pourrir le secteur ?


Il y a quelques années le rapport de Virville venait mettre les pieds dans le plat en décrétant que ce ne sont pas les diplômes qui font la compétence professionnelle mais les savoir-faire liés à l’expérience [1]. Il est vrai que, à l’instar des pays développés, la France connaît à l’époque une course aux diplômes dont les finalités sont plus le prestige et le paiement de salaires mirobolants que la productivité et le dégagement de plus-value pour l’entreprise. Le titre devient une rente dont les salariés du bas de l’échelle sont, pour le plus grand nombre, systématiquement exclus. De fait, et pour ce qui concerne le champ de l’action sociale, il n’est pas toujours compréhensible qu’un professionnel reconnu pour ses compétences sur le terrain échoue pour la Xième fois au concours d’entrée dans un centre de formation. De même, il est choquant de constater que des hommes et des femmes, n’ayant aucun diplôme en travail social mais possédant un savoir-faire lié à leurs parcours de vie et une expérience de divers métiers et faisant efficacement fonction d’éducateur là où tant d’autres professionnels diplômés ne veulent plus intervenir (c’est le cas des CER notamment), il est choquant que ces gens-là ne puissent pas obtenir une reconnaissance et un statut à la hauteur des compétences développées. Pour ceux-là, donc, la VAE est bel et bien « l’école de la seconde chance » pour reprendre une formule de Condorcet, initiateur au siècle des Lumières de la formation pour adulte, maintes fois reprise depuis et notamment par Promofaf dans son dernier bulletin, entièrement consacrée à la VAE [2].

Toutefois les choses sont-elles aussi simples ? En admettant le principe que la VAE autorise l’obtention complète d’un diplôme sans avoir suivi aucune formation, la loi du 17 janvier 2002, dite loi de modernisation sociale, crée bel et bien deux types de certification. A l’heure où la France se réveille avec une gueule de bois face aux cinq SMIC, Michel Pinaud, secrétaire général de la Fédération nationale de l’action sociale FO a peut-être raison de souligner que « Force ouvrière ne s’engagera pas dans les expérimentations hasardeuses de VAE qui dévalueraient et dénatureraient l’édifice de qualification que nous avons progressivement bâti dans le secteur et qui a contribué à sa reconnaissance publique. » Premier point de fragilité, pourquoi chercher à créer de nouveaux organismes chargés d’aider les postulants dans leur travail de construction de leur dossier de validation d’acquis à soutenir devant un jury et pourquoi ne pas confier cette tâche aux centres de formation ? Deuxième point de fragilité, n’y a-t-il pas quelques démagogies dans les propos de Yves Minvielle, professeur d’université mais aussi et peut-être surtout directeur du cabinet ANEMOS Conseil, lorsqu’il affirme que « le meilleur accompagnateur [est] tout simplement l’homme de terrain... » Tout le monde sait aujourd’hui qu’il n’y a pas un lien d’immédiate équivalence entre « savoir-faire », « savoir ce que l’on sait faire » et « savoir transmettre ce que l’on sait faire ». La nostalgie du temps passé et du compagnonnage peut certes continuer à inspirer les modèles de formation et elle se retrouve d’ailleurs dans les formations en travail social qui, de tout temps, se sont appuyées sur le terrain, selon le principe d’une alternance exigeante. La VAE pourrait bien être une idée trop belle pour être honnête ! En effet, le dispositif VAE ne ressemble-t-il pas à une arme tournée contre les centres de formation ayant accaparé à leur seul profit la formation, négligeant les préoccupations des employeurs et tardant trop à appliquer l’individualisation des parcours de formation ? Par-delà le discours humaniste sur l’accès de tous au diplôme, la VAE recèle de tels enjeux de pouvoir et d’argent qu’il est difficile de ne pas conclure avec les mots de Sylvie Moreau, sous directrice de l’animation territoriale et du travail social à la DGAS : « prudence et vigilance ».

Post-Scriptum

Article paru dans la revue LIEN SOCIAL - N° 637 du 10 octobre 2002.










Pourquoi la vaccination pose question ? Comment repérer les perturbateurs endocriniens dans notre vie quotidienne ?
Participation de l'EHESP au renforcement de la gouvernance hospitalière du Congo-Brazzaville – Bilan à mi-parcours
Projet de coopération mené au Congo-Brazzaville à mi-parcours
 



Fiche 1 : plan de formation - mise à jour mars 2016
Fiche 3 : période de professionnalisation - mise à jour mars 2016
Fiche 20 - Le Compte Personnel de Formation (CPF) - mise à jour mars 2016
 



Offre d'Emploi FORMATEUR
Offre d'Emploi
Présentation centenaire
 



# Dans la même RUBRIQUE
8 Articles

Les mémoires de recherche, révélateurs du questionnement professionnel sur les effets des lois, les problèmes sociaux et les pratiques
Prévention de la délinquance et des « conduites à risque »
Les innovations pédagogiques dans les instituts de formation des travailleurs sociaux
VAE : faux-semblants ou vraies qualifications ?
Crise à l’IRTS-Paris
La recherche en travail social
La fonction de « Formateur - Terrain »
« Produire son oeuvre, le moment de la thèse »


# A voir sur le WEB
6 Références

ETSUP - Ecole Supérieure de Travail Social
 

Unifaf - Dispositifs de formation
 

EHESP
 

Le CNAM
 

UNAFORIS
 

Le Sociographe
 


# Documents JOINTS
A cette RUBRIQUE

La coopération entre les établissements de formation préparant aux diplômes de travail social et les universités
 



Notes

[1] Liaisons sociales, n¡111/96, 24 octobre 96

[2] Formation Santé Social, juillet 2002




43 Messages de forum

  • > La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 20 octobre 2002 10:16, par mario 75

    je suis sur un poste de moniteur educateur depuis 4 ans dans le 93.
    j ai demande a mon employeur un cours d emploi pour legitimer mon experience : refuse.
    j ai demande un cif, reussit les selections ;refuse par manque de moyens financiers.alors que lon cotise pour la formation professionnelle continue.
    donc il ne me reste plus que la vae et malgre votre article, je peux vous dire que cest la derniere chance et le dernier recours,j aurai prefere aller en formation mais mission impossible en france.

    Répondre à ce message

    • Votre employeur n’a pas le droit de vous refuser plus de deux fois votre demande.
      Allez chercher les dernières informations sur la formation professionnelle, il y a du nouveau sur le livre 9.
      Patrick

      Répondre à ce message

      • > La VAE pas se presser ou Marchandisation de la formation 23 février 2005 12:45, par tchatana

        Les Echanges autour de la VAE que je viens de lire sont très intéressants.

        La VAE c’est le truc qui a des effets hyper contradictoires :

        - Au niveau , individuel , de nombreuses personnes autodidactes se retrouvent coincés sur le marché de l’emploi - de plus en plus sélectfif -parce qu’ils n’ont pas tel ou tel diplôme (BEP, Bac Pro, Licence...DESS, Thèse ??? et pourquoi pas la thèse)

        Valider son expérience - professionnelle et personnelle - , c’est reconnaître à une
        personne que son parcours de vie , lui a permis d’acquérir des connaissances, des savoir-faire qui peuvent égaliser ce que l’on apprend en cours de formation. C’est en
        quelque sorte la reconnaissance de l’autodidacte / de la self made wo’man. Aussi, l’idée de valider son expérience par l’obtentention tout ou partie d’un diplôme ( certitificat,
        titre...), cela n’est pas mal, c’est sûr, ça relance une carrière.

        Au niveau du travail social, ceci est un petit peu plus particulier, puisqu’il y’a accès à la formation qu’après réussite à un concours de sélection. Aussi, la VAE vient comme
        faire écrouler un édifice - tout une culture de formation , d’intronisation...

        Marché de l’emploi et taux de chômage important ; la VAE se fait parallèlement à la réorganisation des titres professionnels et diplômes ( consulter le Répertoire National des certifications professionnelles - on dit plus diplômes , on dit certificats - sont inscrits - pour le moment - de plein droit - c’est à dire sans en faire la demande - les
        diplômes de l’éducation nationale et de ’luniversité ; à côté il existe les diplômes des différentes écoles issues du secteur privé, à qui on octroie le même niveau de diplôme)

        ainsi que parallèlement à la ré -organisation de la formation initiale et continue qui vont comme de plus en plus se croiser, s’entremêler : diplômes à points ( les LMD), récriture des diplômes universitaires sous forme de compétences professionnelles et par modules, le DIF (20 h de droit individuel accordé à chaque salarié par an, cumulable
        sur 6 ans), et ce développement de la formation à distance ( e-learning et dif , quel bohneur titre le figaro)

        Au niveau des contrats aidés pour faciliter l’embauche des jeunes, le "contrat jeune" permet un important abaissement des charges sur 3 ans. Et bien , l’argument de vente,
        c’est "pas d’obligation de formation, mais possibilité de VAE" ! . Délire, ou absurdité , ou affirmation du n’importe quoi, a chacun de juger.
        L’ANPE ; ne prend plus en charge beaucoup de formation pour les demandeurs d’emplois, des formations courtes uniquement et en correspondance avec le marché de l’emploi : ben voyons.

        On entend des injonctions qui prennent un statut d’universalité : "formation tout le long de la vie" ; "logique de parcours" ; "etre acteur de son projet, de son parcours".

        En fait on assiste à une parcellisation, atomisation, modularisation , individualisation
        des parcours de formation.

        La VAE, vient comme s’infiltrer - détournée, cheval de troie ? - dans cet important "processus" de marchandisation de la formation", et oui.Rappelons, que faire une VAE s’est payant ! et que ça rapporte des sous, alors c’est un marché, qui n’est pas accessible à tout le monde ( même si on vous le dit, que c’est pris en charge, c’est pas vrai, c’est rès dur).

        Et les écoles de travail social,
        pourront elles aussi, vendre l’accompagnement, à quel prix ? Pourront-elles vendre des modules de formation, elles vont faire des alliances - fusion ; acquisition - avec d’autres centres, elles vont se moderniser , s’ouvrir, s’internationaliser... comme
        les uiversités qui s’y mettent, de plus en plus.

        On valide "tout ou partie du diplôme" ( des parties de diplômes, des motiées, des modules), on va avoir la mise en place de "passeport formation en entreprise", de "diplôme à points", avec tant de point j’ai une
        licence par exemple.

        Qu’est ce que j’ai vu se mettre en place : VAE sur DUT tech de co : "Monsieur , votre expérience de 15 ans sur le terrain, vous donne largement le niveau de nos étudiants,
        puisque nous notre diplôme c’est ça et ça.. Le petit souci, c’est qu’on attache de l’importance au niveau d’anglais, pour que notre diplôme ne soit pas dénaturé, par
        rapport aux autres ( mise en concurrence !), faut connaître l’anglais. Donc si vous améliorez votre anglais , c’est ok ; l’année prochaine vous l’avez.
        A l’université mise en place de mini formation linguistique, et différentes écoles privées se mettent sur ce créneau , ils existent des normes internationales qui permettent , de vendre facilement un niveau de langue, reconnu par tous.

        Voilà. C’est ça. Alors, que faire. La VAE, c’est une belle chose, mais faut des gardes fous , de solides garde fous.

        Parce qu’en plus, les patrons, sont pas très d"accord que la formation professionnelle, la VAE ça se passe comme ça : augmentation de salaire.

        Alors, qu’est ce qu’il fait le patron : il casse d’un côté les législations autour des rémunérations salariales - trop lourd, indigeste, pas assez souple - et de l’autre , ils organisent le - si tu veux plus de salaires, plus de formation, ben paye là sur tes prores ressources. Et si tu l’as paye, faut que cette formation, je la mette en place, moi
        le patron, je sais ce qui est bon pour moi... Absurde ; mais vrai " avez vous entendu parlé du diplôme michelin, et y’a pleins d’autres exemples , "grossiers ou fins".

        En son temps, Edith Cresson, rêvait, d’"un passeport compétences", sur carte à puce, permettant la mobilité des salariés, dans toute l’europe ( lisez, cela existe ce sont des déclarations d’Edith au niveau européen).

        Vers quoi on nous amène, doit on accepter tout ça, la formation, la VAE, c’est la gestion à flux tendus des hommes sur le marché de l’emploi.

        Quels moyens pour construire autre chose, quelle résistance pour s’opposer. Tant de vaste question qui doivent réunir, tous les travailleurs sociaux , qui dans un secteur non marchand et non productif sont
        loins d’etre reconnus : BEATEP, BE, ME ES AS ...Combien de personnes ont conscience, que si elle court après le diplôme - comme certains court après un logement, un toit sur
        la tête, une assurance de vivre ; le blanc qui n’a pas de logement, qui insulte le chômeur et l’arabe qui eux sont en HLM, alors que le problème c’est qu’il y’a un déficit énorme de logement - c’est qu’il y a d’abord un déficit d’emploi, ce manque d’emploi organisé ( des études
        européennes, montrent qu’on ne peut pas descendre sous 9 % de chomages, ou si c’est le cas, il faut que les chômeurs, accèdent à des jobs, genre sous emploi ; les
        emplois borloo ; ça maintient la pression sur ceux qu’on un vrai travail bien rémunéré) conduit à la mise en concurrence des salariés entre eux ; dont l’illusion,
        serait que tout se résoud par le fameux sesame professionnel.

        La VAE, comme un choix indiviudel, qui s’inscrit dans son projet de vie, et non comme un choix forcé, qui
        permet de passer devant la tête d’autres personnes, dans un marché de l’emploi tellement dérégulé et concurrentiel.

        Répondre à ce message

        • > La VAE pas se presser ou Marchandisation de la formation 20 décembre 2005 12:29, par miryam

          De formation dessin d’architecture, j’ai suivi une filiere beaux arts et n’ai jamais eu l’occasion de passer mon BAC. Hors les aléas de ma vie professionnelle et une réelle motivation m’ont dirigée progressivement vers le travail social.Une "pré qualification" (comme ils disent à l’ANPE) d’Adulte-relais m’a permis de rentrer par la petite porte. J’ai travaillé sur le terrain en accompagnement social pendant 3 ans et, avant que mon association ne ferme, mes employeurs m’ont mis sur les rails de la formation parce qu’ils pensaient que j’avais les capacités d’une conseillère en économie social et familliale. J’ai valider un BAc Pro (à 49 ans) pour pouvoir préparer un BTS ESF, et, l’ayant obtenu j’ai pu commencer une formation pour passer le diplôme de Conseillère. Je ne l’aurais jamais fait si j’avais dû concilier les cours, le travail et ma vie familiale .Merci la VAE

          Répondre à ce message

          • vae 21 mars 2006 23:11, par mcb

            je ne répondrai pas forcément au dernier message .mais je veux dire que je passe mon oral devant le jury de VAE dans qqls jours.je suis diplomée ME depuis 22ans j’ai eu plusieurs expériences profesionnelles j’ai un réel sentiment d’avoir développer les qualités d’une ES même si je sais que je ne suis pas parfaite au même titre qu’une ES ne l’ait pas j’espère simplement que les jury ont du feeling et que eux ont développe une réeelle compétence à évaluer notre experience car je pense en valoir la peine (mcb)

            Répondre à ce message

            • vae seule isse ! 26 septembre 2006 00:47, par Arnaud

              Bonjour chers collègues,
              j’ai 32 ans, plus de 10 ans sur le terrain (OPE, club de prèv’, CAT, 2 MECS) dont les 7 dernières années dans un foyer sur Paris 19ème en poste d’éduc spé !
              - Prise en charge de la vie quotidienne
              - Réunions
              - Rapports de comportement
              - Synthèses, Audiences ETC...

              TOUT CELA avec un statut d’Animateur Socio-éducatif (allez voir le coefficient sur la CCN51 !!)
              Depuis l’année dernière je suis en formation DEES cours d’emploi à l’IRTS Paris. Mais voilà, pour le patron c’est une SITUATION D’EMPLOI !
              Comment faire les stages (4 mois pour moi vu les allègements) sans être rémunéré. Et pourtant, quelques-uns pourraient en témoigner, n’en déplaise à certains, j’ai fait un bon tuteur de stage...

              Alors MERCI la VAE, arriver avec le BEATEP et faire le boulot d’un éduc’ au prix d’un anim’ pendant 7 ans pour rien en retour, elle est belle la vie !
              Et si cela ne fonctionne pas, d’aucun pourront dire après avoir obtenu le sésame de l’IRTS PARMENTIER que je n’y avais pas ma place ! N’empêche, je l’ai faite tout seul, c’est mon dû que je viens mander messieurs dames du social.
              Sans quoi me faudra t’il faire appel à mes collègues de "promo" ( de 10 ans mes cadets pour la plupart) afin de nourrir mes deux filles ????

              La loi du prix de journée VS les affres du salarié... VIVE la VAE, j’arrive !
              Arnaud

              Répondre à ce message

  • > La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 22 octobre 2002 13:08, par CHRISTOPHE

    Je trouve cela très bien quand on voit la difficulté de reconnaitre certains diplômes comme le BEATEP ou le BEESAPT.
    En tant qu’animateur de formation je rencontre des difficultés a trouver un emploi sous prétexte que certains conseilles généraux refuse systématiquement de financer un poste qui pour eux ne correspond pas.
    Mais c’est mal connaitre la formation des BE.
    alors que certains employeurs aimerais avoir des BE car ils estiment, a juste titre, qu’ils ont une meilleur connaissance du terrain.
    De plus nous sommes formé sur TOUT les publics, ce qu’on oubli parfois.
    Biensur nous avons comme support l’animation, mais c’est la base même de l’éducation populaire. Rendre l’éducatif plus atrayant.
    a ce jour malgré mes 7 ans d’expérience dans l’accompagnement et la réinsertion des jeunes j’ai beaucoup de mal a trouver un poste qui puissent me permettre de progresser et passer le diplôme d’E.S.
    Par contre on tolère que des M.E.ou des E.S. prennent la place des BEATEP ou des DEFA.
    Alors ma question est simple, quand est ce qu’on reconnaitra les B.E. en s’enlevant de la tête cette image du G.O. des club MED ?

    Répondre à ce message

    • Je peux comprendre que l’obtention d’un diplôme par la VAE puisse intéresser un nombre considérable de personnes. Je tiens tout de même à signaler un BEATEP un BEES un DEFA un DEES, un DEAS sont des diplômes et des formations avec des spécificités propres. Un éducateur spécialisé n’est pas un éducateur sportif !!! La question de la VAE peut être posée aussi différemment. Seriez vous d’accord qu’une personne qui aide un maître nageur dans une piscine municipale, qu’une personne faisant partie d’un club de tennis, de judo ou autres puisse accéder par la VAE au Brevet d’état d’éduc sportif ?

      Connaissez vous réellement le champs d’action et dans quel service peut travailler un éducateur spécialisé ?
      Savez vous quelle connaissance juridique, sociologique, psychologiques.. un éducateur spécialisé doit maîtriser dans certains services spécialisés (AEMO, ASE..)
      Un éducateur n ‘est pas simplement un homme de terrain s’occupant d’enfants. Il participe à l’élaboration des politiques sociales, il est quelquefois le premier interlocuteur des magistrats, des politiques. Dans certains pays qui sont en avances sur les politiques et la recherche dans le domaine social (le Canada par exemple), le diplôme d’éduc ou d’assistant social ne se déroule pas sur 3ans mais sur 5 ans !!
      Arrêtons ici l’hypocrisie !! Si la VAE c’est la panacée que les aides soignants accèdent au diplôme d’infirmier.. que les infirmiers accèdent au diplôme de médecin.. que les médecins accèdent au rang de chirurgien… dans ces cas la je ne sais pas si nos concitoyens feraient encore confiance à nos hôpitaux. A l’heure ou nous avons besoin de spécialistes on brade des diplômes qui sont des garanties pour les usagers d’avoir des professionnels qualifiés. Etre qualifié c’est une forme de respect pour le public dont nous sommes en charge.
      Un éduc

      Répondre à ce message

      • moniteur d’EPS travaillant depuis 15 ans, en internat, il me semble que votre point de vu est loin de la réalité du terrain, et que tu refléte bien la devise de beaucoup d’ES je pense que, mais à quand l’action.....

        Répondre à ce message

      • > La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 14 juillet 2005 17:19, par tychee

        tu ecris franchement n’importe quoi !personne n’a la pretention de passer d’infirmier a medecin ect ect....mais il faut quand mm que tu saches qu’il y a ds me qui ne peuvent + acceder au dees autrement que par la vae !! ( trop agés, pas de cif, employeur refuse ??ect !! et que c’est une aubaine ! je suis me ds le monde du handicap , je connais mon boulot ( par les annees par de la lecture, les nouvelles lois, les debats ect ect ; crois tu q’un educ spé qui bosse en aemo ou a l’ase connaisse et surtout s’interresse, se renseigne et s’investit ds mon domaine ??? non ! et il aura bien raison !! il va surtout faire des recerches et approfondir ses connaissances ds son domaine !!! a te lire l’educ spé est au courant de tout quoi !! un peu de remise en question !! et d’humilité stp !!! une me educ !!

        Répondre à ce message

      • > La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 30 septembre 2005 17:22, par malou6622

        je travaille depuis 22 ans dans un foyer d’hébergement,j’ai un diplome de ME et depuis 22 ans j’ai exactement la meme fonction qu’un ES dans cet établissement...je suis loin d’en avoir le salaire.

        Mon travail est l’accompagnement au quotidien de la personne handicapée,je travaille et mene des actions socialisantes auprés de partenaires tels que les services de tutelles,j’ecris et met en oeuvre des synthèses etc...pour moi la VAE est un moyen de "remettre les pendules à l’heure"

        Répondre à ce message

      • > La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 23 décembre 2005 23:35, par LORENZO

        BIEN QUE DIPLÖME DU DEFA JE RESTE ENTIEREMENT D ACCORD AVEC TOI. IL NE S AGIT PAS DE DEVALORISER LES FORMATIONS. CEPENDANT EN CE QUI ME CONCERNE J AI REPRIS TOUS LES COURS DE PEDA ET REL HUMAINES DEES AVANT DE PASSER MA VAE D EDUC SPE. JE L AI OBTENUE AVEC ENCOURAGEMENT DU JURY COMPOSE DE DEES DE METIER. JE PENSE QUE DANS MON CAS IL M ETAIT IMPORTANT DE POUVOIR EVOLUER DANS L EDUCATION SPECIALISEE APRES PRES DE DIX ANNEE EN PREVENTION. JE COMPRENDS QUE TU SOIS UN PEU DECU PAR LA VAE. J AURAI LE MEME SENTIMENT SI ELLE EXISTERAI POUR LE DEFA QUI M A DEMANDE 6 ANNEES D INVESTISSEMENT... MAIS QUE VEUX TU ... IL FAUT DES TECHNICIENS LES PAPIS ARRIVENT ! BONNES FETES

        Répondre à ce message

      • je ne connais aucun autre metier ou les gens ne cessent de repeter on est des professionnels à part les educ.je n’ai jamais entendu autour de moi un medecin,un banquier.....me dire qu’il est prof.sache mon ami que bcp de pays qui sont en avance ,nombreux dirigeants de grande entreprise sont dirigés non pas par des enarques mais par des gens qui ont commencé en bas de l’echelle.alors medasmes et messieurs les educ descendez sur terre

        Répondre à ce message

      • > La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 16 septembre 2006 16:57, par cecile

        Je suis en partie d’accord avec ce que tu dénonces mais (parce qu’il y a toujours un MAIS)que fais tu de ces moniteurs éducateurs qui travaillent sur les memes champs d’intervention que les éduc spé en fournissant un travail de qualité,se formant aux différentes ’techniques’de prise en charge etc Pour un salaire inférieur aux votre !!
        Devrai-je alors fournir un travail équivalent à mon salaire ? j’ai commencé à le faire c de cette facon qu’il n’est plus question pour moi d’être référente d’autant de jeunes qu’un éduc spé, 2 pour eux 1 pour moi.
        Les centres de formations ne font pas leur w car il s’agirait peut être de revoir la formation de ME et d’éduc spé.....

        Répondre à ce message

      • > La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 16 septembre 2006 17:07, par cecile

        J’ai de la peine pour toi !! J’espere que tes collegues ne sont pas d ME.Je crois que tu fais une confusion et que tu prends pour cible la VAE ; Alors qu’il s’agit pour la premiere fois dans notre pays qui a encore recours au grande école ,d’une reconnaissance d’un savoir faire acquis par l’expérience du terrain. N’ai aucune crainte tu ne te feras jamais opérer par un médecin issue de la VAE car pour certains corps de métier ce dispositif n’éxiste pas ! Je n’ai pas eu besoin de 3 années de formation pour comprendre cela.

        Répondre à ce message

      • tu ne sais pas de quoi tu parles.....ton jugement un peu hatif le prouve....renseigne toi avant de juger .......si tu te crois superieu change de metier..... r

        Répondre à ce message

      • > La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 8 décembre 2006 11:06, par MARIO

        d’accord, mais alors inventons un autre titre qui puisse permettre à des personnes en exercice et effectuant au quotidien le travail d’un educ. spé., la possibilité de se stabilisé dans l’emploi et d’attendre aussi les récompenses qui en découlent. Qui profite de qui ??

        Répondre à ce message

    • Je peux comprendre que l’obtention d’un diplôme par la VAE puisse intéresser un nombre considérable de personnes. Je tiens tout de même à signaler un BEATEP un BEES un DEFA un DEES, un DEAS sont des diplômes et des formations avec des spécificités propres. Un éducateur spécialisé n’est pas un éducateur sportif !!! La question de la VAE peut être posée aussi différemment. Seriez vous d’accord qu’une personne qui aide un maître nageur dans une piscine municipale, qu’une personne faisant partie d’un club de tennis, de judo ou autres puisse accéder par la VAE au Brevet d’état d’éduc sportif ?

      Connaissez vous réellement le champs d’action et dans quel service peut travailler un éducateur spécialisé ?
      Savez vous quelle connaissance juridique, sociologique, psychologiques.. un éducateur spécialisé doit maîtriser dans certains services spécialisés (AEMO, ASE..)
      Un éducateur n ‘est pas simplement un homme de terrain s’occupant d’enfants. Il participe à l’élaboration des politiques sociales, il est quelquefois le premier interlocuteur des magistrats, des politiques. Dans certains pays qui sont en avances sur les politiques et la recherche dans le domaine social (le Canada par exemple), le diplôme d’éduc ou d’assistant social ne se déroule pas sur 3ans mais sur 5 ans !!
      Arrêtons ici l’hypocrisie !! Si la VAE c’est la panacée que les aides soignants accèdent au diplôme d’infirmier.. que les infirmiers accèdent au diplôme de médecin.. que les médecins accèdent au rang de chirurgien… dans ces cas la je ne sais pas si nos concitoyens feraient encore confiance à nos hôpitaux. A l’heure ou nous avons besoin de spécialistes on brade des diplômes qui sont des garanties pour les usagers d’avoir des professionnels qualifiés. Etre qualifié c’est une forme de respect pour le public dont nous sommes en charge.
      Un éduc

      Répondre à ce message

      • Titulaire du BTS en ESF j’ ai suivi la préparation au Diplôme d’ Etat ; j’ ai échoué. Cependant depuis 7 ans j’ occupe régulièrement des postes en remplacement de Conseillères ESF "diplômées". Ces CDD sont souvent renouvellés mais jamais pérénisés. La cause, je ne suis que "Technicienne en ESF".
        La Validation de mes acquis et expériences serait une réelle reconnaissance de mes savoir - faires et savoir transmettre. Elle me permettrait peut - être enfin de ne plus servir de "bouche trous" et d’ exercer le métier que j’ aime dans de bonnes conditions.

        Répondre à ce message

        • > La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 15 juin 2005 17:51, par md

          L’espérience sur le terrain est une chose mais la prise de recul qu’apprend la formation par ses bases théoriques qu’en fait-tu ? La VAE s’est bien mais il ne faut pas galvoder cet apprentissage initial de haute qualité

          Répondre à ce message

          • > La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 16 septembre 2006 17:20, par cecile

            Mais ou travailles tu ? Le service dans lequel j’interviens met d outils à la dispositions des éduc :supervision avec un intervenant extérieur,anlyse d pratiques interne,groupe de lecture, groupe de pilotage donnant la possibilité de porter une réfléxion sur la loi 2002.2 loi 2005 etc la formation initiale que j’ai recu pour l’acquisition de mon Certificat de ME ne me dispense surtout pas de continuer de me former et c ce que je fais depuis de nombreuses années et je ne suis pas la seule ME dans ce cas. Mais pour qui nous prenez vous ? C infernal cette peur que les éduc spé développent face à la VAE

            Répondre à ce message

        • esf c’est école de ski francais je vois pas le rapport avec le social là !!!

          Répondre à ce message

      • > La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 3 juin 2004 23:26, par didile

        Je viens de lire ton message avec du retard je te l’accorde mais j’ai quand même envie de te répondre. J’ai assisté aujourd’hui a une réunion d’info sur la VAE...Je suis monitrice éducatrice depuis 10 bonnes anneés j’ai passé 3 ou 4 fois le concours d’éduc pour accéder a la formation (en passerelle). La dernière fois ça a été raide j’ai eu l’écrit et à l’oral malgré l’autre note assez satisfaisante 16/20 la jury une psychologue ma lamentablement accolée une note éliminatoire ce qui évidemment m’a évincé. J’ai demandé un justificatif de cette note pour comprendre la grosse erreur et j’ai été ecoeurée par la réponse...et j’ai compris plus tard et oui il fallait leur dire ce qu’il avaient envie d’entendre..bref.Donc pour moi la VAE ce n’est pas une braderie c’est obtenir le diplôme autrement.D’ailleurs il y a un reférentiel des savoirs faire demandés tu ne l’a peut être pas consulté et tout candidat devra passer par la pour constituer son dossier.Ce ne sera pas chose facile largement plus difficile qu’une formation de 2ans demandée a un Moniteur Educateur. Alors les Educ diplômés par voie initiale arrêtez de dire que c’est trop facile,c’est de la qualification.De la même façon chaque professionnel a son parcours même dans tes collègues il y a des gens a qui tu ne feraient pas confiance.Une Monitrice Educ (qualifée et respectée)

        Répondre à ce message

      • > La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 5 septembre 2004 12:57, par kimpa animateur socio-éducatif

        Franchement rentres à la maison. Entendre ça et voir que les educ spé ne tiennent même pas 48h en internat (sauf pour ceux que le terrain a amené à passer le diplome pour etre réellemnt reconnu). Maitriser un dispositif c bien, donner du sens et de la méthode dans l’action c encore mieux...
        Un DEFAsien.

        Répondre à ce message

        • un peu de provo sur la VAE 1er avril 2005 13:04, par educator

          Un peu de provo sur la VAE

          « L’autre » cet étranger.. il est différent, il ne me ressemble pas. Il n’a pas la même culture professionnelle que moi, il n’a pas le même diplôme que moi, pire il possède un diplôme que je n’ai pas et qu’il ne mérite pas. De plus, si je ne peux pas réussir le concours et accéder à ce diplôme tant convoité c’est sa faute. Lui seul est responsable de mes échecs car il fait parti d’un corporatisme sectaire : L’éducateur spécialisé diplômé !! Il est d’autant plus dangereux qu’il est incompétent ! Le concours, la formation et l’obtention de son diplôme l’ont rendu inadapté, fainéant, dangereux… Moi, je suis compétent car je suis sur le terrain. Je n’ai pas été manipulé par des théories qui ne servent à rien. Moi seul sait donner du sens et quelle méthode appliquer ! Vive l’action ! Je n’ai jamais pu réussir le concours ou l’examen (et à quoi bon s ‘en donner la peine) à cause « d’autres » qui lui ressemblent : un méchant jury, un psychologue incompétent un formateur azimuté un professionnel qui ne comprend rien…S’ils sont tous incompétents c’est normal puisqu’ils sont également diplômés. D’ailleurs quelques-uns uns font partis de la pire espèce car ils ont suivi des formations complémentaires voir obtenus des diplômes universitaires. C’est « l’autre » qui est responsable, c’est « l’autre » qui est incompétent, et c’est moi le meilleur. Et a quoi bon savoir écrire ? Ca ne sert à rien, d’autres le font bien mieux à ma place. J’ai compris ce en quoi consistait le métier d’éducateur spécialisé !! La preuve en est ! Ces diplômés fuient les établissements pour laisser la place à des gens valeureux, courageux et intelligents comme moi. Qu’ils aillent se prélasser dans des services qui ne servent à rien : Prévention, insertion, ASE, AEMO… Grâce à de nouveaux dispositifs qui revalorisent ce diplôme (concours protégés pour les cours d’emplois, VAE…) ils seront bien obligés, aussi, de laisser la place à moyen terme à des gens comme moi dans ces services. Grâce à la reconnaissance de ma pratique valorisée par l’obtention de ce petit bout de papier, au même titre que dans le secteur marchand, la société va mieux se porter, les délinquants vont devenir des agneaux, les cas sociaux n’existeront plus, les RMIstes seront au travail, la misère va être éradiquée…
          hé !! les amis !! y a en a qui souhaitent que la vae reste difficile à obtenir !! Vous êtes fous ou quoi, on va quand même pas leur ressembler à ces écoliers…

          Répondre à ce message

    • le beatep ce n’est pas un diplôme te permettant de devenir éducateur.animation ou éducation a toi de choisir mais ne confond pas les 2 STP.

      Répondre à ce message

  • > La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 5 septembre 2004 12:48, par kimpa animateur socio-éducatif

    je suis de formation DEFA, Dans la convention 66 dite des educ, nous sommes sur la même grille de salaire. J’ai bossé en IR, en IR pro, en CER, en MECS et toujours comme educ. Voilà que devant mes compétences je ne peux que me "Reformer" au DEES, pour pouvoir prétendre à un CDI.
    Quand, je vois fuir les educ spé lorsqu’ils sont confrontés à leur public, je me pose des questions légitimes sur ce qu’apporte comme réelle qualification ce diplôme de DEES. Dans certains cas la VAE est incontournable pour se voir reconnaitre de véritable compétences que l’on a pas forcément lorsqu’on sort de trois années de formation d’éduc après le bac. Oublions-nous que les "réferentiels de capacités" ont été construit à partir du terrain ? Oublions- nous que seul le terrain apporte de réel compétences quand il s’agit d’agir au lieu de discourir ?

    Répondre à ce message

    • > La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 12 octobre 2004 12:03, par sopupuce

      j’ai suivi 3 ans de formations pour obtenir mon DEES. J’ai raté ce diplôme 2 fois déjà, accompagné par l’école de formation.
      Une fois, un formateur m’a dit qu’il existait 2 sortes de professionnels ; Celui qui sera né avec l’instinct d’ éduc. et l’autre qui sera doué en écrit mais nul sur le terrain. Pour celui-là, le métier sera plus dur car il est plus facile de corriger son écriture que ses compétences sur le tas.
      Dans ce cas, je pense que pour moi, la meilleure des solutions est d’obtenir mon DEES par la VAE.

      Répondre à ce message

    • tu es un peu "dur ds tes propos, toi !!!

      Répondre à ce message

      • > La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 10 mars 2006 17:46, par BL

        bonjour

        j’ai dirigé des services de milieu ouvert, puis un CER. Aujourd’hui je dirige une maison d’enfants à caractère social. Je redécouvre l’incompétence des éducs spés sur le terrain. Ils réfléchissent à ce qu’ils pourraient faire mais ne le font jamais... Ils abritent leur laxisme du à la crainte des adolescents derrières des théories fumeuses de liberté totale de l’ado, d’auto éducation....pour en fait n,e pas faire ce pour quoi ils sont payés. Les éducateurs spécialisés devraient abandonner cette dénomination pour celle de réunionneurs spécialisés ... Je souhaite que la VAE permettent aux personnes vraiment faites pour ce métier d’obtenir un diplôme...

        Répondre à ce message

        • > La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 8 décembre 2006 10:55, par MARIO

          je me retrouve dans tes propos,je pense que pour des publics bien spécifiques,les instinctifs fonctionnent et réagissent mieux que les litéraires.Utiliser le "Faire avec" et bien adapter sa position à la situation présente, c’est plus automatique ou évident en tous cas à mon idée plus"simple"avec du savoir faire acqui par l’expérience et renforcé par des convictions. Cela permet de mieux mesurer combien il est necéssaire de s’avoir opposer le côte à côte au face à face. JE CHERCHE UN JOB EN (17) et j’attent les résultats de ma VAE @+

          Répondre à ce message

        • > La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 16 février 2007 17:22, par houria

          On dit que la violence engendre la violence,
          ayant exercé une courte durée voir 6 mois pour m’entendre dire que je n’avais pas le profil (monitrice éducatrice de formation)
          2 types de sélections : -méthode musclé ,choix d’homme musclé et bosser avec cela demande pour une femme de maitriser les arts martiaux....ou alors etre choisie comme partenaire par le musclé(pas trés égalitaire comme histoire)
          - methode de réflexion à partir des actes posés de l’ado /analyse en duo avec le collègue dans une relation de confiance professionnelle donner une réponse /observer le résultat.
          la reunionite c’est quand la parole ne refléte plus l’acte ou vice -versa et celui qui dirige est bien le garant de cette réalité ou alors il s’est noyé dans la subjectivité la plus totale....

          Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Les intervenants éducatifs en C.E.R.? Ques-ce que c’est que c’est que ça ?Je souhaiterais que chaqu’une des personnes voulant tenter de proposer ça définition, me donne également son statut, sont grade ou encore sa fonction et de quel groupe d’appartenance professionnelle est-il ? Je souhaite qu’il m’indique si il a une expérience de ces établissements et de qu’elle durée ?

    Répondre à ce message

  • La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 24 décembre 2006 08:00, par MARIO

    Bonjour,

    Les intervenants éducatifs en C.E.R.? Ques-ce que c’est que c’est que ça ?

    Je souhaiterais que chaqu’une des personnes voulant tenter de proposer sa définition, me donne également son statut, son grade ou encore sa fonction et m’indique dans quel groupe d’appartenance professionnelle se situe t-il ? Je souhaite qu’il m’indique aussi si il a une expérience de ces établissements et de qu’elle durée ? Et enfin qu’il me renseigne sur sa formation ou son parcours professionnel.

    Répondre à ce message

  • La VAE ou l’urgence à ne pas se presser 2 mai 2007 01:33, par Joseph

    Bonjour ou bien bonsoir,
    A chacun sa vérité sur la VAE ! Il en faut pour tous les goûts non ?
    Arrêté de pleurer sur le parcours de cette VAE ! C’est vrai il faut se donner un temps soi peu. Mais c’est comme dans touts "formation" que l’on entreprend. La question dans ce parcours de Vae est de dire "COMMENT" on fait, plutôt que de dire ce qui est fait. Je sais c’est un bilan de compétence et là est la difficulté qui n’existe pas en formation dite classique.
    Cela dit on pourait penser que j’ai eu cette VAE. Et bien non ! refoulé sur la fonction 4.
    Alors qui suis je en fait ? Il faut bien se présenter pour mieux comprendre celui qui s’exprime et s’en faire une plus juste opinion.
    Je suis dans le social depuis 20 ans. J’ai été AMP puis après 15 années dans les foyers éducatifs associatifs, de la PJJ...Je suis en prévention spécialisée depuis 6 ans comme moniteur éducateur.
    Le "faire avec", "savoir faire", "savoir être" et la théorie quel débat ?
    Je n’ai pas de réponse à cette question si ce n’est que beaucoup devrait se mettre vraiment au boulot !
    Puis les associations devraient arrêtées de dormir sur leurs budgets qui chaque années se renouvellent et participent aussi avec les politiques à un certain enlisement du secteur social !
    Je ne vais pas faire plaisir à tout le monde tant pis.
    Les nouvelles dispositions de la loi de 2002 par l’évaluation vont t elles améliorées la situation.? Les évaluations existaient déjà auparavant.
    Il nous faut être très rigoureux dans notre travail aujourd’hui que cela soit sur le terrain, la rue, le foyer, ou bien en milieu ouvert "aemo".
    Nous devons innover, dépasser certain clicher de la pédagogie et de la théorie. Il n’y a pas de confrontation si ce n’est tout d’abord en nous même ! Parfois c’est très dur de faire face à soi ?
    Pour la qualification du personnel. Bien sur que cela est mieux d’être diplômé mais cela n’apporte pas de garantie certaine sur la valeur de la personne.
    En prévention spécialisée depuis 2001, j’ai fait la connaissance d’un jeune des quartier à cette époque et aujourd’hui il est devenu mon collègue de travail.(eh oui je suis bien plus vieux que lui c’est tout).
    Bien sur que rien n’est facile, mais je sui fier de mon collègue et de sa capacité d’analyse sans formatiion préalable, de son engagement et son honnêteté.
    La prévention spécialisée me dira t on est floue d’où sa possibilité d’opportunité pour d’autres. Et bien tant mieux pour ceux qui save se saisir de cette chance.
    Mais depuis que je suis en "PREV" j’ai aussi changé ma manière de travailer auprès du public. J’ai beaucoup appris ce qu’aucune école n’apprend ou n’aborde que si peut.
    Là aussi je ne vais pas faire plaisir !
    Les formations ne sont plus à la hauteur des réalités actuelles. Elles participent à mon sens également à la dénaturation de nos missions. Accompagner, orienter, c’est bien mais il faut aussi trouver aussi des réponses : construire inventer comme dans tout projet associatif je crois ! en principe !
    Les écoles de formations participent pleinement à la vae : Par l’accompagnement, et le suivi après les échecs. Alors les écoles aussi s’y retrouvent quand même un peu dans cette oraganisation.
    La dénaturation du diplôme est elle réelle par la VAE ? Je ne sais pas vraiment. Si ce n’est comme une formation classique elle valide une connaissance générale acquise ou un savoir faire.
    Mais un éducateur doit se former aussi en fonction de son lieu de travail et de son public.
    Donc du boulot il y en a pour tout le monde ! Mais lequel est on prêt à faire ? Les jeunes les plus chiants qui va s’en occuper demain ? La prison..?

    Maintenant la VAE : certains sont reçus parce qu’ils ont un "deug" de psycho et 3 années d’expériences. Soit !
    Mais moi avec 20 ans suis je mauvais ? Il m’a été reproché d’être trop impliqué dans le projet de service. Curieux d’être recalé sur la fonction 4 qui est la fonction mère en prévention spécialisée. En plus mon dossier était validé par mon directeur ancien formateur...sans commentaire.
    Si j’étais mauvais, j’aurais du m’en apercevoir ou bien péter un cable depuis comme il est dit de coutume.
    Mais il faut au moment de l’examen que le discour corresponde à celui qui est en face. Donc il faut être vigilant.
    Cela me rappelle les examens sportifs comme en karaté puique je suis diplômé d’état et que je possède également un deug ufr staps. Il faut aussi répondre à la commande : être conforme.
    La formation sur trois années formate également. Qu’elle est la part de la créativité de l’éducateur ? Il ne s’agit pas quand même d’un simple exécutant !

    Comme dans les CER par exemple où les diplômés se font rare, le professionnels usent ils seulement d’intuition..?

    Là encore, être jury cela s’apprend également. il n’est pas donné à tout le monde d’être impartial. Comment évaluer la valeur d’un candidat au parcours atypique ? ou bien d’un secteur professionnel que l’on ne connait pas du tout ? Sa mission...
    Comment garantir la justesse et la justice d’un jury ? Ah oui ils sont plusieurs ! Et bien attention parce que les jurys ont du mal à se constituer dans certaines régions et la parité n’est pas forcément respectée. Et le jury est roi en la matière.

    Chacun à sa place se doit êre très vigilant du pouvoir qu’il possède où qu’il croit posséder !

    Excuez mois si c’est un peu écrit dans le désordre mais vu l’heure je ne corrigerai pas.
    A chacun bonne continuation dans votre quotidien et votre cursus théorique ou bien expérientiel professionnel.
    Joseph

    Répondre à ce message

  • bien joseph et bon courage !

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


CDI ASS
référence éducative [1]
journal et handicap
ETP ou passer son chemin?!
prepa concours
Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Un cadeau pour progresser dans ses écrits u ...
Poste avec vacances scolaires ou universitai ... [3]
Offre d'emploi ASS dans le Gers (CDI, temps ...
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |