Un regard...
en 647 articles
et 363 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL

Partenaire « Presse » sur OASIS
LIEN SOCIAL - Le Forum social du jeudi








lundi 15 septembre 2014
La justice restaurative
par Jérôme VOISIN


J’ai assisté le Mardi 24 Juin à Dijon à un colloque très interessant portant sur la Justice restaurative définie comme « une réponse systématique au délit qui renforce la guérison des lésions des victimes, des délinquants et des communautés, causés ou révélés par le délit » - www.justicereparatrice.org.

Il s’agit de rompre avec la logique punitive du type : « Tu as fait quelque chose de mal, on va te faire du mal » : humiliation, culpabilisation, traitement par l’indifférence…

Il y a une opportunité à penser et mettre en œuvre cette justice restaurative en France. Nous sommes dans un temps de volonté politique, d’expérimentation et de renforcement de cette visée par le législateur.

Comment passer de l’expérimental à une véritable réforme sociale dans ce registre ?


Les participants au colloque ont attribué les difficultés et résistances liées à cette réforme aux médias et aux manques d’éducation des masses. Les propos des intervenants et les échanges avec la salle s’accordaient sur ces points. Pourtant, à la sortie, une discussion engagée avec quelques participants m’a permis d’entendre des doutes persistants sur l’utilité de sortir de la justice punitive.

Nous sommes sans doute nombreux à avoir reçu un message éducatif tel que « si tu fais du mal, tu seras puni » et nous adhérons donc à une idéologie de la punition. Et plus nous montons dans les degrés de mal, plus il est compliqué d’imaginer s’extraire des logiques punitives. Il devient invraisemblable de priver l’auteur du délit ou du crime d’une punition forte. Il y a une réelle difficulté dans ce registre.

A un autre niveau, pour éviter que cette question et cette visée restent entre gens convaincus, il n’est pas aidant que ces derniers traitent avec mépris les gens qui adhèrent à la logique punitive. Il s’agit également me semble-t-il de ne pas mettre en concurrence (même malgré soi) l’environnement « justice » avec d’autres environnements souffrants.

Les résistances concernant l’instauration d’une justice restaurative sont, de mon point de vue, d’abord l’expression d’un problème d’expérience, d’apaisement des uns et des autres à propos de l’idéologie de la punition, du rapport au mal et au bien, des rapports aux blessures et aux souffrances et de comment celles-ci concernent aussi les auteurs de délit.

Je suppose que beaucoup d’entre nous ne sont pas suffisamment apaisés dans nos rapports aux gens qui ont pu nous faire du mal, dans nos blessures mais aussi l’aspect souffrant de ceux-ci.

Nous enfants, nous avons été punis dans nos familles, à l’école, de façon même disproportionnée et injuste parfois. Adultes, nous continuons de faire l’expérience de sanction-punition dans nos relations de couple, nos environnements de travail, nos relations sociales et amicales, s’exprimant par des discrédits, des rejets, des exclusions, des humiliations, des agressions, des « mises au placard », des culpabilisations. Et enfant comme adulte, on a pu à différents moments nous refuser le droit de souffrir, nous « bâillonner » à propos de ce qui fait mal, ne pas nous reconnaitre en tant que victime. Nous actons (même malgré nous) aujourd’hui ces pratiques de punition et ce refus de la plainte dans l’éducation de nos enfants, dans nos vies personnelles et professionnelles.

Il est donc dans ce registre difficile de voir l’inadéquation et la disproportion de la punition. Nous remettons à l’œuvre avec d’autres et organisons notre vie sociale, notre justice, à partir de nos expériences de punitions.

Sachant que la prison, pour la plupart, ne permet pas le changement, l’apaisement, elle est un lieu d’humiliation, de contrainte physique et émotionnelle. Elle est un lieu où on fait mal, autrement dit un lieu où on rajoute de la blessure.

Si les gens sont privés d’espace où eux-mêmes peuvent voir ce qui les fait souffrir, ce qui peut les blesser, ce qui génère du stress, ce qui les coupe de leur vie, leur part victime, les responsabilités dans lesquelles ils sont, dans tous les environnements qui sont les leurs (famille, école, travail…), il leur est difficile de reconnaitre l’opportunité de ces espaces pour des personnes condamnées pour des délits ou crimes. Les peines se réalisant dans une dimension de réparation-restauration sont alors perçues comme des évitements, une justice « molle ». « Il faut qu’ils souffrent ! » pourrait-on dire !

L’auteur du délit ou du crime découvre et s’imprègne des effets pathogènes de la prison. Il y entretient ou risque d’y entretenir des relations fondées sur des rapports de force ; il y renforce son masque de fort, son blindage et ses conduites violentes ; il y partage une colère destructrice contre la société, la justice ; il créé des alliances, des clans entretenant leur victimisation et la diabolisation d’autres ; il se blinde sur le plan émotionnel ; créé de nouvelles opportunités délinquantes ou criminelles ; il se coupe de relations sociales et affectives fondamentales ; il s’y disqualifie et s’éloigne donc d’une visée d’insertion professionnelle réelle.

La justice restaurative ne consiste pas à donner aux auteurs de crimes et délits des espaces de restauration, d’estime, de réconciliation, de renforcement d’eux-mêmes et de leurs liens avec les autres motivés par une sympathie « gauchiste » à leur égard. Ces espaces sont pensés en tant que peines-sanctions et peuvent tout à fait se réaliser sous la contrainte. Le premier acte des accompagnants consistera à faire émerger une adhésion suffisante à l’exécution de cette peine chez le condamné.

La dimension restaurative de cette justice peut être exercée à tous les niveaux, de la garde à vue à l’audience, de l’exécution de la peine au suivi et à l’accompagnement à la réinsertion des auteurs de crimes et délits, et dans l’accompagnement des victimes.

Appliquée à la peine, elle peut prendre la forme d’une thérapie des conduites violentes et délinquantes et de leurs effets où auteur et victime vont pouvoir se restaurer. Ma pratique a cette visée. Là où des histoires et des événements blessent, cassent, traumatisent, il y a une possibilité pour que ces personnes reprennent place dans une vie individuelle, collective et sociale reconnue, plus apaisée.

Post-Scriptum

Intervenant en thérapie sociale, Jérome Voisin accompagne tout au long de l’année des institutions, des groupes et des personnes selon différentes modalités : formation, conseil, supervision, régulation, psychothérapie.

Sa pratique consiste à :
- Favoriser l’émergence d’une coopération en considérant ce qui l’empêche, selon la réalité du groupe et son environnement ;
- Produire une intelligence collective de la situation, engageant chacun dans sa responsabilité et sa capacité d’action.

Retrouvez le sur http://www.i-care-dijon.org










Les enfants étrangers isolés en France : le 8 juin, en marche pour le changement ?
Le projet Justice d'E. Macron : de bonnes orientations justes à parfaire !
Insécuriser les délinquants sexuels et leurs complices
 



L'accès aux loisirs pour toutes et tous !
DROITS DES ENFANTS ROMS : LES POUVOIRS PUBLICS FRANÇAIS FONT FI DE LEUR CONDAMNATION
Le droit à l'éducation
 



Le regard des médecins libéraux sur les patients précaires
Enquête sur les relations des usagers avec les services publics : une personne sur cinq éprouve des difficultés à effectuer des démarches administratives
Remise du rapport annuel d'activité 2016 du Défenseur des droits au Président de la République
 



Présidentielles 2017 : changer de méthode pour changer de cap
Lettre ouverte de l'OEE au Ministre de l'Intérieur sur la salle d'audience « délocalisée » du TGI de Bobigny dans la zone aéroportuaire de Roissy-CDG
Prisons : la France doit mettre en œuvre les nouvelles recommandations du Comité pour la prévention de la torture !
 



Tribunal administratif de Melun, 9ème chambre, jugement n°1506538 du 16 décembre 2016 - Action en responsabilité de l'Etat du fait des conditions de prise en charge des mineurs isolés étrangers par un département – 1°) Responsabilité pour faute de l'Etat à raison d'une pratique du parquet – Incompétence de la juridiction administrative – 2°) Responsabilité sans faute de l'Etat – Rupture d'égalité devant les charges publiques - Absence.
Le groupe Gauche 71 alerte le Préfet sur la prise en charge des mineurs non accompagnés devenus majeurs
L'UNICEF France rappelle que la protection des mineurs non accompagnés doit être une priorité absolue
 



# Dans la même RUBRIQUE
9 Articles

Justice pénale des enfants ?
Venus de l’Est
Mineurs incarcérés : récits de prison et prison des récits
Le traitement de l’enfance délinquante en Espagne
Procès d’Angers
A propos du procès d’Angers
Une marche des femmes contre les ghettos et pour l’égalité
Action juridique et sociale : oser le conflit, gérer le contentieux
Peut-on parler de droits sans invoquer des devoirs ?


# Du même AUTEUR
4 Articles

Mieux vivre et travailler ensemble
Le rebond du travail social
La négation de soi, un support à la haine ordinaire
Qui sont ces adolescents ?




# A voir sur le WEB
1 Références

Le Défenseur des Droits
 



1 Message

  • La justice restaurative 5 novembre 2014 16:29, par eliade

    Bonjour,

    En ce moment des citoyens participent à l’initiative populaire qui consiste à s’exercer à écrire la Constitution pour organiser notre puissance populaire face aux spécialistes du pouvoir. Je pense que cela va dans le bon sens et dans le sens aussi de l’exercice d’une justice restaurative.

    Cordialement
    Guy ATON

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • info creation paragraphe









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
référence éducative
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Un cadeau pour progresser dans ses écrits u ...
Poste avec vacances scolaires ou universitai ... [3]
Offre d'emploi ASS dans le Gers (CDI, temps ...
« Les enfants oubliés du Népal » ou com ...
médiation familiale
La loi El Khomri se décline dans l'Educatio ... [1]
"Moi, Daniel Blake" ou La fin du modèle soc ...
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |