Un regard...
en 650 articles
et 365 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL









vendredi 10 décembre 2004
Le paysage contesté de la protection de l’enfance
par Joël PLANTET


Véritable pavé dans la mare, le rapport de Claire Brisset, Défenseure des enfants, dénonce clairement les effets négatifs de la décentralisation. L’écrit émet quelques propositions fort précises, dont certaines concernent la formation des travailleurs sociaux


Sévère constat ! « Il n’y a plus aujourd’hui de politique unifiée de l’enfance au niveau national : l’État n’a plus les moyens d’exprimer et de faire appliquer les options qu’il définit dans ce domaine »... Et les services de la Défenseure des enfants, Claire Brisset, d’énumérer les inégalités entre départements, l’absence de contrôle de l’État, le cloisonnement des services, sans oublier la formation inadaptée des professionnels... De criantes disparités sont ainsi déclinées sur plusieurs thèmes : l’aide financière par enfant, par exemple, peut varier de 1 à... 200 ; le taux d’enfants placés peut naviguer, lui, entre 1 et 12 ; de même, la proportion de familles agréées pour l’adoption passe de 66 % à 98 % selon les départements, certains d’entre eux se réservant d’ailleurs le droit de rajouter des critères que la loi ne prévoit pas.

Le nombre de saisines a augmenté de près d’un quart par rapport à l’année précédente (24 %) : conflits parentaux, le plus souvent autour de l’organisation des visites et de l’hébergement de l’enfant ; conflits, en forte augmentation, mettant en scène les familles et l’institution scolaire au sujet d’enfants handicapés (pour la moitié des saisines), de mauvais traitements ou encore de déscolarisations brutales... Enfin, les plaintes concernant les mineurs étrangers ont été, cette année, multipliées par deux. L’âge des enfants concernés (4 800 au total) se situe, pour 60 % d’entre eux, entre sept et quinze ans. Mais les réclamations relatives à des groupes d’enfants sont en « très forte augmentation », qu’il s’agisse de classes, de squats, d’institutions.... Par ailleurs, la saisine par les mères est prépondérante (77 %), la proportion restante émanant d’associations, de voisins, d’écoles, de services sociaux, d’assistantes maternelles, d’autres membres de la famille (dont les enfants eux-mêmes). Les missions de l’État - justice, police, éducation nationale - et celles des départements - enfance en danger, adoption, PMI... - sont compartimentées, chaque acteur fonctionnant trop souvent « dans sa logique propre ». La première des dix propositions recommande que soit confiée au Défenseur des enfants une mission d’audit et d’alerte sur le fonctionnement des institutions de protection de l’enfance. Suivent, entre autres, quelques idées : créer « les outils d’un contrôle adapté » du dispositif décentralisé, conférer un statut juridique à la notion de secret partagé... D’autres suggestions retiennent plus particulièrement l’attention, certaines par l’insistance avec laquelle elles sont défendues.

Les liens en prison, l’adoption, les mineurs étrangers... et la formation des travailleurs sociaux

L’une d’elles concerne ainsi le maintien des liens, après « évaluation pluridisciplinaire des demandes », entre les personnes détenues et leur famille. De même, les procédures concernant l’adoption pourraient être modifiées, ou pour le moins harmonisées : au plan des entretiens pour l’agrément des familles adoptantes, de l’accompagnement des parents qui abandonnent leur enfant, mais aussi en réexaminant les conditions dans lesquelles il pourrait davantage être fait appel à l’adoption simple... Enfin, les mineurs étrangers étant moins protégés que les autres, l’institution préconise l’ouverture des formations par apprentissage aux adolescents étrangers, de même que la création d’un organisme indépendant dont la tâche serait de veiller à un égal respect des droits.

La formation des travailleurs sociaux (éducateurs spécialisés, assistantes sociales, animateurs...) fait également l’objet d’une réflexion approfondie et de propositions de réforme : ceux-ci, par exemple, souffriraient d’une « insuffisance de formation au droit à la famille », dans un cursus qu’il conviendrait de « dépsychologiser ». Mais le rapport souligne aussi l’importance de faire évoluer le recrutement, de revaloriser les statuts et les salaires, de « reconnaître la durée des études et protéger les titres issus de ces diplômes d’État ». En outre, sont réclamés le décloisonnement des formations, la modification des contenus et la multiplication des passerelles entre les modes d’exercice, par exemple entre l’Aide sociale à l’enfance (ASE) et la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). Il est demandé de porter une attention particulière envers les enfants « usagers de l’assistance éducative », en référence à l’article 10 de la loi du 2 janvier 2002 : simplifier les contacts (si possible un interlocuteur unique), n’envisager « qu’à titre exceptionnel les placements successifs, dont on connaît le caractère délétère sur les enfants »... De même, il est recommandé de favoriser chez les parents la compréhension de ces mêmes procédures d’assistance éducative, et de rendre utilisables les voies de recours. Là encore, l’écrit demande instamment de réduire le nombre d’interlocuteurs et d’en instaurer si possible un seul, d’informer explicitement la famille de ses droits et, en cas de placement par l’ASE, de « laisser les parents exercer pleinement l’ensemble des responsabilités de l’autorité parentale qui n’ont pas été limitées par le juge des enfants ».

Trois axes de travail sont prévus pour 2005 : l’enfant et la pauvreté, avec un regard porté sur la « réussite éducative » dans les zones d’éducation prioritaire, mise en place dans la loi de cohésion sociale. Deuxièmement, « l’enfant, la justice, les forces de l’ordre », avec la question des administrateurs ad hoc, et celle, épineuse, des relations des adolescents avec la police ; enfin, l’adolescence, la Défenseure entendant développer « une culture commune entre toutes les professions concernées ».

Post-Scriptum

Texte paru dans LIEN SOCIAL N° 732 du 2 décembre 2004










Jours de crime (Bibliographie)
Paroles de jurés
Paroles de jurés
 



Le GIPED recrute un comptable (H/F)
Recrutement d'un(e) chargé(e) d'études pour le pôle données chiffrées ONPE
Rappel - Prix de thèse 2018
 



« Avoir un enfant : un droit pour tous ? »
50 ans de combats pour la justice contre le corporatisme judiciaire
Danemark : le debat sur circoncision est ouvert
 



Cour de Cassation, Chambre criminelle, Arrêt du 23 mai 2018 n°1124, MIE de nationalité indienne ayant fait l'objet d'un refus de prise en charge en raison "de son âge trop proche de la majorité et des délais d'orientations entre 4 à 6 mois", délaissement d'une personne incapable de se protéger, "Attendu que l'arrêt énonce que cette infraction suppose un acte positif exprimant de la part de son auteur la volonté d'abandonner définitivement la victime, que tel n'est pas le cas du refus ainsi opposé à un mineur qui n'avait pas encore été pris en charge par le service compétent et qu'un simple entretien d'évaluation ne saurait caractériser une telle prise en charge ; Attendu qu'en statuant ainsi, et dès lors que le délit de délaissement ne peut être constitué qu'à l'encontre d'une personne qui assume déjà la responsabilité de la prise en charge de la victime, la chambre de l'instruction a fait l'exacte application de l'article 223-3 du code pénal "
Tribunal administratif de Montpellier, Jugement du 7 juin 2018 n°335-03, MIE, Côte d'Ivoire, placé en détention en vue d'une comparution immédiate dans le cadre d'une enquête pour "déclaration fausse ou incomplète pour obtenir d'une personne publique ou d'un organisme chargé d'une mission de service public une allocation" et "détention frauduleuse de plusieurs faux documents administratifs", connu en Italie avec une date de naissance mineur, tests osseux, OQTF sans délai et IRTF d'un an prononcée, "eu égard à cette marge d'erreur et aux résultats indiquant un âge entre 16 ans et demi et 19 ans à la date des examens, il existe un doute sur la majorité du requérant (...) qu'ainsi au regard de l'ensemble de ces éléments, alors que le doute doit bénéficier au mineur, le Préfet de l'Hérault ne peut être regardé en l'espèce comme apportant la preuve de ce que M. était majeur à la date de la décision l'obligeant à quitter le territoire national, que par suite, cette décision méconnait les dispositions du 1¨de l'article L511-4 CESEDA"
Cour d'appel de Lyon, Chambre spéciale des mineurs, arrêt du 15 mai 2018 n°1700366, MIE tunisien présentant en 1e instance un extrait d'acte de naissance,passeport présenté en appel, le JE va rejeter sa demande au motif d'une part que le document ne comporte pas de photographie et d'autres part en raison des invraisemblances manifestes dans ses déclarations relatives à son arrivée en France, "ces circonstances, pour troublantes qu'elles soient, sont toutefois insuffisantes pour considérer que les pièces d'état civil qu'il produit pour justifier de sa minorité sont irrégulières ou falsifiées ni même que les faits qui y sont déclarés ne correspondent pas à la réalité, au sens de l'art. 47 CC"
 



# Dans la même RUBRIQUE
30 Articles

Adolescents abusés - Génération nextée par un silence virtuel
Mineurs isolés étrangers dans un lieu d’hébergement tenu par des Thénardier
Les Services Sociaux : Aide Sociale à l’Enfance
Les conduites pré-prostitutionnelles chez les adolescents
L’enfant et la séparation parentale
L’Oned remet son troisième rapport annuel
Les adolescents ne sont pas des adultes
Le Conseil général juge et partie
Deux lois contre en attendant une loi pour le bien-être des enfant !
Le département, la commune et la prévention
Réformer la protection de l’enfance : de la loi au projet !
La protection de l’enfance au cœur des passions politiques
Pour une évaluation globale du dispositif français de protection de l’enfance !
Réflexions et propositions du CSTS pour une réforme de la protection de l’enfance
Faut-il encore placer les enfants ?
De la dite incompétence des travailleurs sociaux
A propos des pratiques éducatives
L’ordonnance de 45 a fêté ses soixante ans
« AEMO : pour quelle protection de l’enfance ? »
Quelles interrogations pour la pratique professionnelle ?
Quelles réponses apporter aujourd’hui à l’enfance en danger ?
Autorité et adolescence
ADOLESCENTS « DÉLINQUANTS »
Qui protège-t-on ?
Faut-il décentraliser la P.J.J. pour éviter son naufrage ?
L’administrateur ad hoc : le point de vue d’un magistrat
L’assistance éducative après le décret du 15 mars 2002
Où est passé l’enfant en danger ?
Ouvrons nos fenêtres !
Les doubles mesures et la question de la parentalité


# Du même AUTEUR
15 Articles

Légion d’honneur pour Martine Trapon
Salut, Victor !
Le travail social bouge encore
La politique de la ville au point mort
Les valeurs du travail social menacées
Sectes et travail social, la vigilance s’impose
Vers la pénalisation croissante du travail social ?
La pauvreté, un enjeu politique
Cacher la misère des Roms
Police et habitants : des relations à améliorer
L’intégration des étrangers, enjeu électoral majeur
Les politiques face à l’enjeu des banlieues
Le droit de vote des étrangers est inéluctable
Quelle prévention pour quelle délinquance ?
Violences aux femmes, une affaire d’État


# A voir sur le WEB
9 Références

InfoMIE.net
 

CNAEMO - Carrefour National de l’Action Educative en Milieu Ouvert
 

ANPF - Association Nationale des Placements Familiaux
 

DEI-France
 

Le blog de Jean-Pierre Rosenczveig
 

Réforme de la protection de l’enfance
 

ODAS Observatoire Décentralisé de l’Action Sociale
 

Le Journal du Droit des Jeunes
 

Michel HUYETTE - Paroles de Juges
 


# Documents JOINTS
A cette RUBRIQUE

Réformant la Protection de l’enfance - Texte complété
 





1 Message

  • > Le paysage contesté de la protection de l’enfance 12 décembre 2004 11:04, par Charles Ségalen

    Si Claire Brisset a raison de dénoncer les effets néfastes de la décentralisation sur le protection de l’enfance, je trouve toutefois son discours un peu schizophrénique. En effet, c’est la même qui, en 2001, dans le Monde diplomatique et dans le fil de la campagne de presse orchestrée par Ségolène Royal ("50% de placements en moins", annonçait le ministre déléguée à la famille. "49,9% d’enfants en danger en plus", répliquait l’ANPASE) critiquait le prétendu suréquipement de la France en matière de protection de l’enfance et, par là même, son surcoût ("la somme prodigieuse de 30 milliards de francs").

    Cette campagne de dénigration du dispositif de protection de l’enfance à laquelle elle a activement participé, a servi la remise en question de la compétence du juge des enfants au civil (le juge ordonne, le département paye), obstacle à la décentralisation. Elle a été l’acteur de ce qu’elle dénonce aujourd’hui.

    Un nombre croissant de départements connaît depuis une baisse sensible de mesures d’assistance éducative. Baisse que seuls, pour l’heure, les drames survenant çà et là semblent pouvoir contenir.

    Rien que sur Paris, les 12% de mesures de protection en moins depuis 1999 représentent en terme d’économie de dépenses d’aide sociale une somme considérable auprès de laquelle les 100 000 euro de la défenseure des enfants, dont on regrette qu’elle soit privée, sont ridicules.

    Quand Claire Brisset s’élèvera-t-elle contre la chute des mesures d’assistance éducative à Bobigny, à Nanterre, à Lyon, au Havre, à Caen, à Tour, à Nice, à Rennes, à Nantes ? Il est vrai que tant les organisations professionnelles, les premières, tairont ce phénomène, la défenseure des enfants pourra l’ignorer.

    Doit-on en déduire que ce qui la dérange, c’est n’est pas que le dispositif soit réduit (volonté énoncée par la Gauche) mais qu’il ne se réduise pas "harmonieusement" ? Difficulté imputable certes à la Droite mais simplement dans le service après-vente.

    Le dispositif de protection de l’enfance, engageant, faussement réputé pénaliser les pauvres, a été invalidé par une Gauche libérale en mal de reconnaissance dans la France d’en bas. Ceux qui ont engagé le processus reprochent aujourd’hui à la Droite, toujours au nom du pauvre, sa mise en place. Il s’agit bien de « gesticulation » comme le reproche le président de la commission des finances à l’intéressée, mais politique. Et aujourd’hui comme hier sur le dos de l’Enfant en danger.

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


Projet de recherche CNRS
Recherche emploi sur Bordeaux
Besoin d'aide pour un projet de recherche
Assistance maîtrise ouvrage associative cr? ...
offre emploi / Action de prévention
OFFRE EMPLOI CDD Moniteur Educateur temps pl ...
Recherche formateur ou responsable de format ...
Recherche stage Vienne (38), Lyon (69) et al ...
OFFRE DE STAGE BENEVOLE DANS LE SOCIAL
OFFRE DE STAGE AUX ETUDIANTS ÉDUCATEURS SP? ...
Concours Chef de Service PJJ
Offre d'emploi - CDI Temps Plein ETS en Blan ...
diplôme d'état d'ingénierie sociale (DEIS ...
Information équivalences diplômes assistan ...
Enquête métier
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |