Un regard...
en 647 articles
et 363 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL

Partenaire « Presse » sur OASIS
Fondements théoriques - Questionnements éthiques - Pratiques professionnelles - Évolution des questions sociales - Un partage du quotidien, une ouverture sur l'avenir...








lundi 9 février 2015
Le rebond du travail social
par Jérôme VOISIN


Les travailleurs sociaux et leur milieu ont une identité spécifique, des compétences et qualifications, des volontés, une organisation, des mandats, une histoire et un projet.

Pour aborder la question de l’identité, de la posture du travailleur social et le renforcement de celles-ci, à une époque où le travail social doit redéfinir ses nouvelles légitimités, il me semble fondamental de :

- Mieux se connaître, prendre conscience des idéologies dont nous sommes porteurs ;
- Voir comment ces idéologies agissent, ce qu’elles permettent et aussi ce qu’elles empêchent ;
- Pouvoir (re)connaître nos ambivalences ;
- Et comprendre la nécessité d’élaborer des collectifs de travail suffisamment coopératifs, fiables, pour valoriser, soutenir, interroger, confronter la réalité professionnelle et créer des environnements plus sains.

Ces différents niveaux concourent à limiter la violence faite par d’autres, aux autres, par soi et à soi et à renforcer la capacité à être en lien, à coopérer entre pairs et avec l’autorité.


Dans tous les lieux du travail éducatif et social auxquels j’ai participé et au sein desquels j’interviens aujourd’hui, je rencontre des professionnels engagés (dans des intensités variées), « travaillant à rendre le monde meilleur » pourrait-on dire.

Chez nous tous, j’ai vu et vois des partis pris, souvent légitimes :

- Pour les personnes handicapées, contre le monde qui ne veut pas les voir.

- Pour l’enfance en danger, contre les mauvais parents.

- Pour le quartier, contre le reste de la ville qui le maintient à la marge et le regarde avec un air supérieur.

- Pour les filles dans ces quartiers, contre la violence des hommes.

- Pour les étrangers, immigrés, contre les porteurs de la norme.

- Pour la responsabilisation des jeunes délinquants, face à leurs victimes.

- Pour les jeunes reconnaissant le travailleur social, contre un autre qui s’oppose et discrédite.

- Pour les jeunes, contre les enseignants qui ne font pas leur travail.

- Etc.

Tous ces partis pris, et bien d’autres, fondent le travail social et agissent de façon plus ou moins subtile en terme d’idéologies et de propagandes dans ce milieu et dans les réflexions et pratiques des professionnels. Ils ne sont ni bon ni mauvais, ils sont. Même si toutes ces idéologies ne se valent pas et que certaines peuvent être plus nuisibles, plus dangereuses que d’autres.

Ces idéologies permettent le travail social, en même temps qu’elles l’empêchent ou le limitent. Chacune tronque la réalité et porte le risque d’être et de faire de façon manichéenne : il y a des victimes et des bourreaux.

Pour exemple, jeune éducateur, j’adhérais à l’idée que les jeunes agissant dans des conduites délinquantes étaient d’abord des victimes. Ils souffraient et n’avaient pas le choix pensais-je (projection de mon histoire personnelle). Cela m’a permis de travailler avec eux et d’être facilement dans des bons liens, je ne leur faisais pas peur et nous avions les uns à l’égard des autres beaucoup de sympathie (encore qu’avec certains, le lien pouvait être très difficile, sans doute par ce qu’on avait de trop ressemblant). Je participais donc à tout dispositif qui allait dans le sens de ma vision et rejetait tout autre qui voulait les punir, les exclure, les faire culpabiliser ou qui les considérait avec mépris. J’étais alerte concernant les discours de mes pairs, de mes hiérarchies et des personnalités politiques à leur égard. Si le propos était chaleureux, soucieux, engagé, je valorisais. Et si à l’inverse il était ou me paraissait froid, dur, malveillant, je diabolisais.

Bien sûr, nous n’agissons pas tous avec la même intensité et dans les mêmes dimensions à ce sujet. Ces exemples forcent le trait qui peut être nettement plus subtil dans la réalité. Ce qui est utile dans cette illustration, c’est d’appréhender la place des idéologies dans les pratiques et l’opportunité d’en comprendre certaines sources.

Pris dans leurs idéologies, les travailleurs sociaux empêchent une part de l’accompagnement de leurs publics dans leurs dimensions victime et responsable, ou responsable et victime, dans leurs propres idéologies, mais aussi des coopérations utiles avec ceux qui sont vus comme bourreaux ou mal attentionnés.

Mon histoire vient étayer le fait que très souvent ces idéologies se fondent sur des blessures de la vie (familiale et sociale), des souffrances, des messages éducatifs, parentaux et sociaux et qu’elles se renforcent par l’expérience, mais aussi par les craintes, les doutes non exprimés et par les environnements fréquentés qui nous influencent. Le rebond du travail social passe selon moi par la connaissance de nos idéologies, l’acceptation de nos ambivalences comme fondement, guidance et moteur de nos actions.

Nous avons été tentés dans nos institutions de recréer des mondes parfaits, idéaux, prenant soin de la part victime des autres et soignant ici et ainsi la nôtre. Mais faisant cela, nous, professionnels, nos institutions, renforcés par des textes juridiques (du type Loi 2002-2), avons simplifié la réalité et « bâillonné la vie » au sens où nous avons évacuer, malgré nous, la complexité.

Ainsi, nos institutions exposent dans leurs principes « l’usager au centre », la bientraitance absolue. Les professionnels étouffent tout ce qui n’y ressemble pas, et s’étouffent, se blessent, s’épuisent à agir ainsi.

Bien sûr que nos publics ont besoin de croire en cette bientraitance et dans l’empathie des professionnels. Bientraitance et empathie qui sont très réelles dans bien des lieux et chez beaucoup de professionnels. Nous sommes vraiment capables de ça.

Et tout comme nous sommes capables d’amour, je trouve nécessaire de reconnaître que nous sommes capables de rejet. Tout comme nous sommes capables d’engagement, nous sommes capables d’abandon. Tout comme nous sommes capables d’altruisme, nous sommes capables d’égoïsme. De valorisation et d’humiliation ou de mépris, de courage et de peur, d’optimisme et de dépression, de coopération avec l’autorité et de rébellion, Etc.

Et tout ça c’est la vie !

Mes expériences de vie et mon cursus en Thérapie Sociale me font voir l’incontournable dualité de l’être. J’ai les deux en moi : ce potentiel d’amour et donc de coopération avec d’autres ; et ce potentiel de haine, de destructivité et de violence envers d’autres. Et l’environnement (la vie collective, institutionnelle, sociale) va être à ce titre plus ou moins apaisant ou pathogène.

Dans de nombreux services et établissements, chacun s’évertue à être ou feindre une empathie totale pour les publics. Ces publics mobilisent chez les professionnels un excès de bienveillance ou un excès de cadrage, selon leurs besoins et aussi en fonction de ce qu’ils activent chez les professionnels. Ces excès génèrent une fatigue, une usure, une irritabilité, voire un profond mépris. Et si ces sentiments ou énergies ne peuvent être reconnus sur le devant de la scène, avec le public, ils seront ravivés en coulisse, entre professionnels. La part vivante, ambivalente et complexe, la part sombre des professionnels se rejoue alors très souvent de façon plus massive dans le travail d’équipe et les rapports à la hiérarchie.

Ces ambivalences sont de chacun et de partout. Il en est de nos publics, de nous, de nos institutions et de la vie sociale. Elles nous sont utiles dans l’accompagnement des publics, dans le travail d’équipe et pour assurer des partenariats extérieurs. Elles sont fondamentales dans l’expérience.

Ce n’est pas l’ancrage absolu sur notre part belle qui rend puissant. Face à la difficulté, nous avons appris à être fort, à paraître fort, à ne pas avoir peur, à maîtriser. Cela produit « un « faux-self », une posture idéalisée du type « je ne suis que bon, empathique, généreux et puissant ». Agir ainsi nous contraint à évacuer la complexité des situations que nous rencontrons et nous pousse à refuser nos responsabilités dans la difficulté et donc à désigner un coupable, responsable de nos maux.

Ce qui est facteur d’amélioration des situations, c’est la connaissance, l’acceptation et même l’amour de notre part réellement puissante et de notre part vulnérable. Cela permet de la limiter en actes, de renforcer notre part belle, réelle et non plus idéale. Et c’est cela qui créé les conditions d’une vie collective possible, où il n’y a plus les bons et les mauvais, mais des accords et désaccords possibles.

Seul, je ne peux pas grand-chose sur les questions sociales, comme l’usager pris individuellement dans ses difficultés. L’avenir, le rebond du travail social et de la vie sociale, réside selon moi dans le collectif. Un collectif garantissant mieux les intérêts individuels de tous. Un collectif construit avec toute sa diversité et sa complexité.

La Thérapie Sociale, clinique transdisciplinaire, intervient avec ce collectif, dans ses résonances. Il est le lieu d’une compréhension des difficultés et problèmes sociaux et d’une capacité d’action et de transformation.

Il est le social, à ré-concilier.

Post-Scriptum

Intervenant en thérapie sociale, Jérome Voisin accompagne tout au long de l’année des institutions, des groupes et des personnes selon différentes modalités : formation, conseil, supervision, régulation, psychothérapie.

Sa pratique consiste à :
- Favoriser l’émergence d’une coopération en considérant ce qui l’empêche, selon la réalité du groupe et son environnement ;
- Produire une intelligence collective de la situation, engageant chacun dans sa responsabilité et sa capacité d’action.

Retrouvez le sur http://www.i-care-dijon.org










Le Crédit d'Impôts de Taxe sur les Salaires : prendre d'une main ce que l'on donne de l'autre ?
Gouvernement Philippe II : toujours des trous dans la raquette !
Concurrence sauvage en Maine et Loire
 



# Dans la même RUBRIQUE
22 Articles

Travail Social - Travail de la Paix
Manifeste pour un pacte de responsabilité sociale et citoyenne
La CATHODE n’est plus !
La McDonaldisation du travail social : nous y sommes !
Michel CHAUVIERE - L’intelligence sociale en danger
Le travail social à l’épreuve du néo-libéralisme
Travail Social, Droits de l’Homme et Citoyenneté
MOUVEMENT POUR UNE PAROLE POLITIQUE DES PROFESSIONNELS DU CHAMP SOCIAL
L’action sociale anesthésiée ?
Loin des chimères de l’utopie
MAI 2008. La rue aussi, la rue encore. Fiction ou réalité ?
Fernand Deligny et ses chemins de traverse
« Il a essayé d’aimer »
Les colères de « l’Homme démocratique »
Compte-rendu du meeting du 14 Décembre 2004, à la Halle aux sucres
L’engagement pour valoriser le travail social
La cohésion sociale peut-elle se planifier ?
« Rester ferme sur les principes mais être force de proposition »
Le travail social, chercheur d’homme
Une nécessaire mobilisation des travailleurs sociaux
« Les professionnels doivent réagir collectivement »
L’enjeu du travail social d’intérêt collectif


# Du même AUTEUR
4 Articles

Mieux vivre et travailler ensemble
La justice restaurative
La négation de soi, un support à la haine ordinaire
Qui sont ces adolescents ?




# A voir sur le WEB
3 Références

Collectif des Associations Citoyennes
 

REPOLITISER L’ACTION SOCIALE.ORG
 

NON à la disparition des Associations
 



2 Messages de forum

  • Le rebond du travail social 10 février 2015 22:13, par GUY

    Bonjour Jérôme,

    c’est évident que le collectif est la force du social de demain, le vecteur d’une réconciliation entre les différentes cultures professionnelles, en "s’apprenant" les uns les autres.
    Le but, c’est aussi de rendre un peu moins vulnérable l’action publique, telle qu’elle peut l’être en cherchant des solutions. Pour ce faire, la force du réseau, la mise en commun des savoirs et l’accord, même, sur des désaccords possibles, voilà ce qui peut augurer un peu plus d’espoir et d’humanisme à transmettre.

    Lionel GUY Consultant éducatif

    Répondre à ce message

  • Le rebond du travail social 29 juillet 2015 17:18, par tokugawa

    Bonjour,

    Désolé, de ne pas croire en cet idyllique peinture, quand je vois la bassesse des manœuvres de certains qui passent l’essentiel de leur temps à torpiller l’action de leurs collègues, pour se faire mousser, ou obtenir planques, et rentes de situations.

    Il y a plutôt de quoi être écœuré de voir ce que la solidarité des années 70/80 est devenue.

    Au reste, cette situation est devenue un véritable outil de management : "réglez ça entre vous". Sous-entendu, pendant qu’un pervers narcissique vous pourrit la vie, j’ai du temps dégagé pour autre chose.

    Tout ceci conduit inévitablement à deux travers majeurs de notre secteur, au mieux une démotivation massive, au pire un fonctionnement aux limites du sabotage. Pour ça comme pour le reste, alors que nous attendons de nos dirigeants des attitudes courageuses, allant dans le sens du plus grand nombre, et surtout des usagers, pour préserver la tranquillité de personnes dont on se demande bien pourquoi elles ne sont jamais inquiétées, alors qu’il y aurait largement de quoi les mettre à la porte avec pertes et fracas, on laisse se pourrir un peu plus chaque jour, des situations qui sans cesse pèsent sur la santé physique et mentale de salariés, dévoués et compétents.

    Il est vrai que les centres de formation mettent tous les ans sur le marché des milliers de jeunes diplômés encore tout habités des rêves de leur monographie, et surtout bien moins chers que les vieux briscards, enclins à lire dans les situations insensées, et ne pas se laisser faire.

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


référence éducative [1]
journal et handicap
ETP ou passer son chemin?!
prepa concours
Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Un cadeau pour progresser dans ses écrits u ...
Poste avec vacances scolaires ou universitai ... [3]
Offre d'emploi ASS dans le Gers (CDI, temps ...
« Les enfants oubliés du Népal » ou com ...
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |