Un regard...
en 647 articles
et 363 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL

Partenaire « Presse » sur OASIS
ACTIF - Formation - Information - Conseil








dimanche 11 novembre 2001
TRIBUNE LIBRE
Petite théorie sur une dérive théorique
par Xavier BOUCHEREAU


Au hasard d’une lecture fort intéressante sur la maltraitance, je suis tombé sur la notion de « concept-écran ». Je n’ai pu m’empêcher de faire l’association avec l’idée de « souvenir-écran » ou « souvenir-couverture » développée par S. FREUD.


En effet, durant l’année 1899 S. FREUD publie un article dans lequel il avance que certains souvenirs d’enfance sont des constructions psychiques ayant pour but de maintenir éloignée de la conscience des représentations refoulées. Certaines théories, communément employées par les travailleurs sociaux, sont-elles des « concepts-écran », au sens ou elles procéderaient du même mécanisme. Autrement dit, sont-elles de simples scénari imaginaires conçus pour nous épargner une réalité insoutenable. Les concepts nous aident généralement à circonscrire la réalité, mais parfois, comme le « souvenir-écran », ils permettent de l’occulter. C’est tout au moins l’hypothèse que je me propose de défendre dans ces quelques lignes.

Le vocable socio-éducatif a emprunté aux sciences humaines et principalement à la psychologie certains concepts qui, désormais, sont maniés quotidiennement par les travailleurs sociaux. C’est ce que nous appelons notre jargon professionnel. Je soutiens que nombre de ces concepts, coupés de leurs bases théoriques (certes, parfois complexes), n’ont qu’une valeur classificatoire et non plus explicative. Ils sont devenus, au fil des ans, des diagnostics prêt à l’emploi, des casiers théoriques dans lesquels nous enfermons les personnes. « Défaillance de la fonction paternelle », « relation fusionnelle à la mère », « carence des repères », « caractère pathologique », « fragilité psychique » sont autant de concepts fourre-tout qui, galvaudés, ne veulent plus rien dire. Et pourtant nous continuons à les utiliser allègrement.

Le psychologisme que je tente ici de dénoncer à, selon moi, une fonction essentiellement déculpabilisante. En expliquant la souffrance humaine principalement par des causes individuelles, nous minimisons les responsabilités de notre société et de son organisation. Nous oublions ainsi, que nous participons activement à un contrôle social qui permet à une classe dominante de gérer la misère d’une population dominée, qu’elle a pourtant générée. Nous privilégions les explications psychologiques pour ne pas voir que nous assurons la pérennité d’un système excluant dont notre condition de salarié nous permet de profiter pleinement. Et c’est là, une vérité intolérable pour des hommes et des femmes qui se disent humanistes. Alors, nous nous empressons de noyer cette vérité sous une cascade de mots barbares... La clairvoyance passe par une volonté accrue du travailleur social d’interroger les conditions matérielles de vie des personnes en souffrance. Car disons le tout net : Elever trois enfants avec le RMI et les allocations familiales dans un trois pièces implanté au beau milieu d’une cité dite sensible, relève tout simplement de l’exploit. Et pour comprendre la fragilité d’une telle famille, il n’est nul besoin de rechercher systématiquement des raisons psychologiques, même si elles se révèlent parfois pertinentes.

Que nous nous opposions par principe au système social dans lequel nous évoluons est, j’en conviens, discutable, a fortiori lorsque cela entrave notre action. Je ne suis donc pas un adepte de la révolte permanente. En revanche, nous devons nous efforcer de comprendre les rouages, les enjeux et les effet de ce système, et nous devons en rendre compte dans nos interventions quotidiennes. C’est à mon sens une démarche indispensable qui relève de l’éthique professionnelle. Mais ceci est déjà un autre débat...

Je comprends et même je défends la nécessité qui est faite aux travailleurs sociaux de penser et donc de théoriser leur intervention pour prendre du recul. Cependant, prenons garde que cette mise à distance ne nous éloigne pas définitivement des préoccupations des usagers. Attention que cette nouvelle scientificité dont ce prévaut aujourd’hui le travail social ne se réduise pas à des effets de manche verbaux qui jettent le voile sur des injustices que nous n’osons plus dénoncer. Ne perdons pas de vue que l’empathie, la capacité à s’émouvoir demeurent des qualités professionnelles incontournables. Le travailleur social a plus que jamais un devoir d’indignation, à chacun de trouver son mode d’expression...










France ESF, la FNEJE et l'ANAS reçues au cabinet de Madame la Ministre, Agnès BUZYN.
France ESF, FNEJE et ANAS reçues au cabinet de Madame la Ministre, Agnès BUZYN.
Journée d'étude de l'ANAS le 13 octobre prochain : Le Programme
 



Lancement d'un partenariat inédit entre FUN et cinq OPCA
Enquête Emploi 2017 : La 3ème édition touche à sa fin. Nous avons besoin de votre participation sur les volets Etablissements et Données emploi
Datadock : présentation des nouvelles règles au 1er juillet 2017
 



COMMUNIQUE. Lettre à Madame BUZYN Ministre des solidarités et de la santé.
Communiqué ONES: Courage fuyons
COMMUNIQUÉ ONES: Que voulez-vous chers femmes et hommes politiques ?
 



# Dans la même RUBRIQUE
21 Articles

Le travail social, dans quel état ?
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
Marcel JAEGER - Les mutations de l’action sociale et du travail social
L’actualité et les enjeux de la coordination des actions et des dispositifs
Éducation populaire et mouvements familiaux ouvriers chrétiens
« C’est tout le travail social que je salue... »
Rapport d’activité du Conseil supérieur du travail social
L’expérience est-elle qualifiable ?
« Dynamitage » concerté du Secret Professionnel/Médical par Pascal CLEMENT et Nicolas SARKOZY
Comment se positionner face à une demande de renseignements émanant de la police ou de la gendarmerie ?
Histoires d’écrire (2). Imprimer du lien social
« Histoires d’écrire (1). Ecrire pour penser »
Assistantes maternelles : L’avenir d’une histoire
Anthropo-logiques d’un travailleur social - passeur, passages, passants
La métis, le kairos, Antiloque, le social
L’écriture dans le travail social ou devenir auteur
Les voeux du MNETS
L’éducateur spécialisé en question(s)
Les assistants sociaux sont des boulimiques de la culture
Que reste-t-il de notre identité ?
Définition du Travail Social


# Du même AUTEUR
1 Articles

Cas de conscience chez les travailleurs sociaux ?


# A voir sur le WEB
5 Références

Travail social
 

ONES. Organisation Nationale des Éducateurs Spécialisés
 

Unifaf : Actus
 

ANAS - Association nationale des assistants de service social
 

Lutte contre l’exclusion
 


# Documents JOINTS
A cette RUBRIQUE

Brochure réalisée par une commission du Conseil Supérieur du Travail Social - CSTS - Octobre 2009
 



Rapport de Madame Brigitte BOURGUIGNON - Juillet 2015
 





7 Messages de forum

  • > Petite théorie sur une dérive théorique 16 novembre 2001 21:34, par francis laumond éduc spé

    Empathie, empathie, mais c’est de la psychologie ça !!! La capacité à s’émouvoir est certes une qualité humaine, mais pas forcément professionnelle. Entre l’excès de théorisation du travail éducatif et l’excès d’affectif dans le même travail je choisis le premier. Les institutions paternaliste et familiales nous ont bien montré leurs limites.

    Je pense que la prise de recul par la théorisation d’une pratique permet d’éclairer celle-ci et notamment d’un point de vue éthique.
    Cette dernière étant centrée sur l’usager il me parait difficile de l’oublier et donc de s’en éloigner

    Répondre à ce message

    • > Petite théorie sur une dérive théorique 18 juin 2004 18:10, par bébèr

      Ni intellectuel, ni passionnel...

      No fear, no hope...

      Pas de carotte, pas de baton...

      juste nous, les individualistes véritables qui iront vers un social quand bon leur chante, faire des mmiracles ou crever en toute quiétude en enmmerdant les fachos,

      avec notre indignation d’avoir été manipulé et, l’espace d’un instant, été attiré tout entier dans un vertex de mensonges, d’illusions qui ne nous aurons fatalement pas laissés indemnes. Non, puisque l’émotion est la mère de la vie et le mental son frère, et qu’attirés ensemble par une machination diabolique ils ne peuvent plus faire machine arrière, ayant été impliqué bien trop loin des doses recommandées par la prudence et l’exces de confiance en les "contrats moraux" même pas implicites d’un rapport d’aide qui sera en fait totale et unisens, de soi à soi, c’est à dire dichotomique et rien d’autre, séparation de l’affect et de la représentation, refoulement, trahison -volontaire ou non- de la famille, participation des médias et de la population dans le cadre de la création de martyrs... il n’y a pas 36 solutions messieurs et mesdames les arracheurs de dent (ou devrais-je dire les TUEURS mentaux, oh la la tueurs mentaux les pauvres victimes oui mais elles sont toujours en vie et bien en théorie NON, et asservies en plus)...

      il faut assumer.

      Répondre à ce message

  • > Petite théorie sur une dérive théorique 15 mai 2002 11:36, par critikaire

    Il me semble que le problème n’est pas l’excès de théorisation mais d’une part l’emploi inadéquat de théories dont nous ne sommes, en tant que travailleurs sociaux, absolument pas formés à manier comme des spécialistes et ce ne doit pas être l’objectif de nos formations. Cela induit aussi souvent un manque de recul et de critique par rapport à des théories qui nous ont été livrées telles quelles et surlesquelles peu d’entre nous feront des recherches approfondies.
    D’autre part, le problème de cette dérive théorique me semble aussi résider dans l’exclusivité de la psychologie ou psychanalyse. Les apports peuvent être aussi économiques, sociologiques, juridiques...
    Alors, arrêtons l’hypocrisie, l’emploi d’un jargon psychologique ne nous permet pas de nous dégager du jugement, il le renforce souvent.
    Enfin, la théorisation dans nos métiers n’empêche pas l’humanité. Au contraire, elle permet de comprendre, de saisir ce qu’il y a de plus humain en chacun.

    Répondre à ce message

  • > Petite théorie sur une dérive théorique 15 mai 2002 11:38, par critikaire

    Il me semble que le problème n’est pas l’excès de théorisation.
    D’une part, le problème vient de l’emploi inadéquat de théories que nous ne sommes, en tant que travailleurs sociaux, absolument pas formés à manier comme des spécialistes (et ce ne doit pas être l’objectif de nos formations). S’y ajoute souvent un manque de recul et de critique par rapport à des théories qui nous ont été livrées telles quelles et surlesquelles peu d’entre nous feront des recherches approfondies.
    D’autre part, le problème de cette dérive théorique me semble aussi résider dans l’exclusivité de la psychologie ou psychanalyse. Les apports peuvent être aussi économiques, sociologiques, juridiques...
    Alors, arrêtons l’hypocrisie, l’emploi d’un jargon psychologique ne nous permet pas de nous dégager du jugement, il le renforce souvent.
    Enfin, la théorisation dans nos métiers n’empêche pas l’humanité. Au contraire, elle permet de comprendre, de saisir ce qu’il y a de plus humain en chacun.

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


Recherche de stage gratifiable
CDI ASS
référence éducative [1]
journal et handicap
ETP ou passer son chemin?!
prepa concours
Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Un cadeau pour progresser dans ses écrits u ...
Poste avec vacances scolaires ou universitai ... [3]
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |