Un regard...
en 653 articles
et 370 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL









lundi 13 janvier 2003
LE SOCIOGRAPHE N°10
« De nuit »
par Marc TRIGUEROS


La nuit était un « bon » sujet, pensa-t-on, lorsqu’il fut discuté en comité de rédaction. Il inspire largement (il n y a qu’à voir la production musicale, littéraire, picturale, cinématographique qui le traite régulièrement), il concerne chacun d’entre nous (on a tous connu ce sentiment étrange, excitant et angoissant, de la nuit blanche)... Et en même temps, dans le champ du travail social, le sujet reste encore largement à défricher.


Lieu commun et collectif qui interroge en creux nos activités, notre « être ensemble », on pensait donc que l’on trouverait assez facilement des auteurs pour aborder la nuit. Après tout, c’était l’occasion pour tous ceux qui travaillaient de raconter ce qui se passait pendant que la plupart dorment, leurs longues nuits à veiller, la volonté de reconnaissance de leur fonction, leur sentiment de déphasage (vécu positivement ou négativement)...

Mais finalement le thème fut plus difficile d’approche (comme souvent). Car comment cerner par des mots des impressions fugitives, des sentiments mêlés, des situations border line ? Comment traduire ce que l’on ressent autant que ce que l’on y fait ? Quels mots pour le dire ? Comme si la nuit ne pouvait s’appréhender que subjectivement, singulièrement, dans un entre-deux crépusculaire finalement beaucoup plus difficilement saisissable que l’apparente opposition nuit/jour qui s’impose d’emblée ?

Au-delà d’un aspect formel plutôt contrasté (noir/blanc), c’est donc peut-être finalement un numéro en demi-teinte que l’on vous propose ici, fidèle en cela aux imaginaires de la nuit ; entre intimité et subjectivité, trouble et violence de certaines situations nocturnes - car noire ou blanche, la nuit est d’abord cette parenthèse temporelle où tout semble possible, le pire comme le meilleur.

D’abord, en situation d’urgence (I). Paradoxalement, c’est là où apparemment rien ne change entre nuit et jour (service d’urgence) que nous avons décidé de croiser les témoignages d’infirmières (S. Chillaut, Catherine B.), de médecin (M. Deshayes) et d’un photographe (H. Hôte). Car derrière l’apparente continuité d’activité, la nuit induit des attitudes (parfois très contrastés entre nos auteurs), des atmosphères qui modifie le rapport à l’Autre.

La nuit, c’est généralement veiller (II). Mais comment faire admettre à la hiérarchie diurne que le veilleur nocturne est comme eux, un travailleur (B. Gaudel) ? Lorsque d’autres s’éclatent dans les free parties, la veille devient sanitaire ; mais comment agir sans légitimer sur les drogues en circulations (C. Moreau) ?

La ville la nuit inspire généralement, inquiète souvent (III). A-L. Nardone nous fait traverser Marseille by night dans ses bus de nuits, tandis que E. Lemaire décrit avec sympathie ceux qui vont s’éblouir (s’oublier ?) aux lumières d’un concert.

Pour finir, la nuit c’est surtout en soi (IV). Dans nos lectures, G. Landry décrypte la figure du double omniprésente et originelle qu’invoque la nuit. Notion de double reprise à sa manière par B. Salignon dans l’entretien qui nous a accordé. Entre ces deux analyses, J. Broda fait parler (au travers d’un atelier d’écriture) les habitants d’un quartier sur leurs rêveries éveillées la nuit. Entre fantasme et réalité, chacun, à sa manière, signifie notre part d’ombre irréductible.

La nuit ne cessera jamais de produire du fantasme, d’inquiéter par l’inconnu qu’elle créée, mais aussi de rassurer aussi par l’intimité qu’elle procure. Tous ceux qui travaillent la nuit doivent composer avec cette part d’ombre.

Peut-être qu’après avoir lu ce numéro, vos doigts se seront un peu noircis (choix technique ou erreur d’impression, à vous de décider). En tout cas, nous espérons que ces mots (et images) de nuit éclairent un peu les « honnêtes gens » qui dorment la nuit, et reflètent les regards de ceux qui vivent ce temps si particulier (même si au final nous savons que cette dichotomie est toute relative, car si ce n’est professionnellement, du moins personnellement, nous sommes tous des noctambules potentiels, occasionnels, accidentels, espérant tous que nos nuits soient plus belles que nos jours). Et puis, de toute façon, où et surtout quand commence et finit la nuit ?

Post-Scriptum

Article paru dans la revue LE SOCIOGRAPHE. - N°10. - « De nuit. Urgences... villes... imaginaires ». - Dossier coordonné par GN. Pasquet et M. Trigueros.








# Dans la même RUBRIQUE
30 Articles

Travailler avec les autres : idéalisation et sensibilité
Mieux vivre et travailler ensemble
« Merci de ne plus nous appeler usagers »
Avis du CSTS relatif au fonctionnement des commissions et instances chargées d’étudier les situations individuelles
Des murs et des identités
Diversité et enjeux des écrits professionnels
La place du social dans la santé
Les valeurs du travail social menacées
Vers la pénalisation croissante du travail social ?
Qu’est-ce qui fait tenir les cadres ?
Être à table : une affaire complexe
Les centres sociaux : au croisement de l’éducation populaire et du développement local
Sur l’analyse de la pratique professionnelle dans le cadre de la formation des éducateurs spécialisés
L’histoire de La coordination en Travail Social
L’accompagnement : une fonction du travail social
LE TRAVAIL EN RESEAU
Ecologie et travail social
« Les éducateurs spécialisés : vers une redéfinition de leurs fonctions ? »
Quelle place pour les assistantes sociales du travail du XXIe siècle ?
La santé mentale : articuler le travail social et la psychiatrie de secteur
Introduction...
Drogues licites, drogues illicites
La place du sujet dans le réseau médico-social
Le secret professionnel : ce qu’il en reste...
UN OUTIL D’ENTRETIEN : ELP
Transparence et secret : respect des libertés publiques et des libertés individuelles
Du bon usage du partage de l’information
Travail social et nouvelles technologies de l’information et de la communication
Travail social et pratiques de la relation d’aide
Entre l’individuel et le collectif


# Du même AUTEUR
1 Articles

« Generation-ecrans.com. la question sociale à l’épreuve du multimédia »


# A voir sur le WEB
1 Références

Réseau Pratiques Sociales
 



2 Messages de forum

  • > « De nuit » 14 janvier 2003 16:19

    De nuit : n’est-ce pas uniquement un versant plutôt qu’un thème ? Les infirmières, versant de nuit ; les urgences, versant de nuit ; etc.

    Merci en tout cas.

    Répondre à ce message

  • « De nuit » 25 octobre 2006 00:47, par may

    Faire la nuit est aussi apporter un cadre sécurisant pour ceux qui dorment, être là au cas où. Etre aussi là pour les maux de ceux qui sont tourmentés. Mais travailler de nuit c’est aussi être face à soi, à ses inquiétudes. Dans ce dernier cas, le repos est loin, très loin. Peu de personnes arrivent à dormir profondément car nous sommes sur le lieu de travail et il faut être réactif en cas d’urgence.

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

2 mai 2019
Définition du Travail Social
L’amour de l’autre, c’est du christianisme. L’amour de l’outre, c’est de l’alcoolisme. Le travail social vise seulement à l’accueil inconditionnel, et (...)

5 avril 2019
Un médiateur des personnes en situation de handicap
Bonjour Je recherche les coordonnées du médiateur du handicap dans les Alpes Maritimes

23 mars 2019
« J’ai assisté un élève en conseil de discipline »
Un éléve exclu par conseil de discipline peut-il revenir des son établissement avec sa famille. Pour voir l’assistante sociale. Le chef (...)


23 mars 2019
« J’ai assisté un élève en conseil de discipline »
Suite une bagare aux abords de l’établissement, l’un des eleves a sortit un couteau. Voyant la tournure des choses il le jette par terre. L’ autre (...)

15 mars 2019
Avis du CSTS relatif au fonctionnement des commissions et instances chargées d’étudier les situations individuelles
Qu’en est-il des rapports pour la ccapex, la personne expulsée ne se présente pas au rendez-vous, on me demande de rédiger les éléments connus de la (...)

23 février 2019
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Etant une victime d’une escroquerie financière et d’abus de confiance sur le site FC MINAGE je leur ai donné 30300 et je devais récuperer soit disant (...)


besoin d'aide
Recherche de stage
Recherche de Stage
Recherche de stagiaire
candidature pose de coordinatrice micro-crè ...
responsabilité professionnelle protection d ...
Besoin d’aide [2]
Recherche un stage AS
Urgent - postes à pourvoir au CHU de Bordea ...
OFFRE DE STAGE AUX ETUDIANTS ÉDUCATEURS SP ...
une équipe pour sortir les personnes âgée ...
poste Assistant social psychiatrie paris 12
recherche documentation [3]
Stage conseillère en économie sociale et f ...
Educ en prévention spécialisée [1]
Dernier document mis en ligne

Programme des Journées du M.A.I.S. Tarifs - Repas - Hébergements Bulletin d’inscription

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2019

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |