Un regard...
en 653 articles
et 370 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL









jeudi 15 mars 2007
Les politiques face à l’enjeu des banlieues
par Joël PLANTET


Il y a un an et demi, un certain nombre de banlieues s’embrasaient après la mort de deux adolescents poursuivis par des policiers. Ces violences urbaines devaient perdurer plus de trois semaines, avec promulgation de l’état d’urgence. Les pouvoirs publics ont pris acte. Sans plus. Depuis, de nombreuses initiatives « citoyennes » sont apparues dans les quartiers. Aujourd’hui, les promesses électorales se multiplient : n’engageront-elles que ceux qui les écoutent ?


État d’urgence ! À la fin du mois d’octobre 2005, les banlieues s’étaient enflammées presque un mois durant. Deux chiffres ont traduit l’ampleur du phénomène : dix mille véhicules incendiés et onze mille policiers mobilisés. L’« apartheid social », un chômage endémique, l’absence de droits de toute nature, un tissu social déchiré, l’humiliation, un ascenseur social désespérément en panne et un racisme virulent ont entraîné un désespoir plus ou moins généralisé. La mort injuste de deux adolescents a, cette fois-ci, mis le feu aux poudres. Quelques jours auparavant, le ministre de l’Intérieur avait dégainé à Argenteuil quelques outrances démagogiques articulées sur deux mots clés : « racaille » et « karcher ».
Prenons un item déterminant, l’accès à l’emploi. Au lendemain de l’embrasement, Dominique de Villepin, Premier ministre, avait lancé un plan pour les jeunes chômeurs vivant en zones urbaines sensibles (ZUS). Cette « mission emploi quartiers » (MEQ) imposait, souvenons-nous, au service public de l’emploi - agences pour l’emploi et missions locales - que chacun des jeunes soit reçu dans les trois mois et qu’une solution lui soit proposée sous forme de stage, de formation, voire d’emploi. Qu’est devenu ce vertueux dispositif ? Nul ne le sait précisément et aucun bilan véritable n’en a été tiré. Certes, les ANPE ont reçu plus de 110 000 jeunes de ZUS et les missions locales en ont accueilli 180 000 pour l’année 2006... Mais les résultats en termes d’insertion semblent aussi modestes qu’ils sont confidentiels. Probablement une question d’accompagnement insuffisant et de barrières discriminatoires non levées. Structurel, le problème reste quasiment entier.
Issues de ces mêmes quartiers, quelques initiatives ont surligné, en direction des politiques, les différentes facettes du malaise : paroles d’habitants filmées en DVD ou diffusées par blogs [1], débats publics ici ou là ou « dîners citoyens », tours de France associatifs... Ainsi, le Collectif liberté égalité fraternité égalité ensemble unis (AClefeu) a proposé un contrat social et citoyen sur un socle solide : le recueil de vingt mille doléances (dont les trois principaux thèmes furent l’emploi, la pénurie de logements et les pratiques policières)... Rendu public le 23 février, les 105 propositions du collectif déclinent neuf thèmes dont l’emploi, les discriminations, l’éducation, le logement, la justice, la santé... Même si, pour certains observateurs, la politique reste en banlieue « un spectacle ésotérique » [2], les inscriptions sur les listes électorales semblent s’être multipliées ces derniers mois dans les quartiers dits sensibles. De tous bords, on a appelé à davantage d’engagement : en témoigne par exemple l’opération Aux urnes, la banlieue...

Une fois n’est pas coutume, les banlieues sont abondamment visitées

Il s’agit donc aujourd’hui, pour les candidats à l’élection présidentielle, de faire des banlieues reléguées un grand chantier. En tout cas, une fois n’est pas coutume, celles-ci sont abondamment visitées. Elles représentent même une « partie de la solution aux problèmes de la France » pour Royal (qui signera les trois quarts des propositions de AClefeu, suivie en cette démarche par d’autres candidats), « l’énergie des jeunes des quartiers [constituant] un élément fort de la relance de la croissance économique ». Parmi d’innombrables besoins, sont donnés en exemple la nécessité d’un soutien scolaire gratuit ou le renflouement financier impératif des associations...
Par ailleurs, plutôt plébiscitée actuellement, la police de proximité - ou « de contact » - revient en force sur le devant de la scène. Fin février, un rapport du centre de prospective de la gendarmerie nationale préconisait même de favoriser la « proximité relationnelle » entre forces de l’ordre et citoyens : réunions directes avec la population, enquêtes de satisfaction, lancement d’un numéro vert national, allégement des délais d’attente... La 54è des 100 propositions de la candidate socialiste prévoit « une nouvelle police de quartier » dotée de policiers expérimentés bénéficiant d’une « réelle différentiation de rémunération »...
Une piste reste à explorer. L’annonce par Chirac, au lendemain des violences urbaines de fin 2005, d’un service civil volontaire n’a pas rencontré, de toute évidence, un franc succès. Dans ce contexte dégradé, le service civique doit-il devenir obligatoire ? Un rapport rendu le mois dernier par Kouchner préconise un « service mixte et universel » avec obligation progressive, 750 000 jeunes étant concernés. La question, considérée comme très épineuse à mettre en œuvre, fait polémique. Mais elle a, de tous bords, d’ardents défenseurs : le 1er mars, un colloque à l’Assemblée nationale était organisé « pour un service civique obligatoire ». À l’origine de cet élan, un appel lancé fin 2005 par l’hebdomadaire La Vie, signé par 500 parlementaires et quelques dizaines d’associations.

Post-Scriptum

Texte paru dans Lien Social n° 832 du 15 mars 2007










Lutte contre la corruption dans la police au Québec : le ver est dans le fruit
Punitivités comparées. Représentations pénales en France et en Allemagne
A peine 18 ans et déjà SDF : des milliers d'anciens enfants placés
 



# Dans la même RUBRIQUE
14 Articles

La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Laurent MUCCHIELLI - L’Invention de la Violence
Les violences sexospécifiques et sexuelles à l’égard des hommes
Violences aux femmes, une affaire d’État
Une lecture des émeutes urbaines
Strasbourg aux heures ouvrables
Les associations d’aide aux victimes demandent des moyens suffisants
Délinquance des mineurs : des réponses
Faut-il croire à une montée de l’antisémitisme en France ?
Etat de la violence et violence de l’Etat
Opération Ville vie vacances
Violences urbaines et insécurité : au delà des « simplismes »...
Réagir face aux violences urbaines
La violence institutionnelle ? Aller plus loin dans la question sociale


# Du même AUTEUR
15 Articles

Légion d’honneur pour Martine Trapon
Salut, Victor !
Le travail social bouge encore
La politique de la ville au point mort
L’enfant et la séparation parentale
Les valeurs du travail social menacées
Sectes et travail social, la vigilance s’impose
Vers la pénalisation croissante du travail social ?
La pauvreté, un enjeu politique
Cacher la misère des Roms
Police et habitants : des relations à améliorer
L’intégration des étrangers, enjeu électoral majeur
Le droit de vote des étrangers est inéluctable
Quelle prévention pour quelle délinquance ?
Crise à l’IRTS-Paris


# A voir sur le WEB
1 Références

CESDIP
 

Notes

[1] À voir aussi : le site Regards de banlieue et le DVD Image(s) de la Seine-Saint-Denis, quatre documentaires réalisés par des collégiens du département, édités par La Cathode

[2] À lire, La Démocratie de l’abstention, Céline Braconnier et Jean-Yves Dormagen, éd. Gallimard, 2006




Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

2 mai 2019
Définition du Travail Social
L’amour de l’autre, c’est du christianisme. L’amour de l’outre, c’est de l’alcoolisme. Le travail social vise seulement à l’accueil inconditionnel, et (...)

5 avril 2019
Un médiateur des personnes en situation de handicap
Bonjour Je recherche les coordonnées du médiateur du handicap dans les Alpes Maritimes

23 mars 2019
« J’ai assisté un élève en conseil de discipline »
Un éléve exclu par conseil de discipline peut-il revenir des son établissement avec sa famille. Pour voir l’assistante sociale. Le chef (...)


23 mars 2019
« J’ai assisté un élève en conseil de discipline »
Suite une bagare aux abords de l’établissement, l’un des eleves a sortit un couteau. Voyant la tournure des choses il le jette par terre. L’ autre (...)

15 mars 2019
Avis du CSTS relatif au fonctionnement des commissions et instances chargées d’étudier les situations individuelles
Qu’en est-il des rapports pour la ccapex, la personne expulsée ne se présente pas au rendez-vous, on me demande de rédiger les éléments connus de la (...)

23 février 2019
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Etant une victime d’une escroquerie financière et d’abus de confiance sur le site FC MINAGE je leur ai donné 30300 et je devais récuperer soit disant (...)


Recherche de stagiaire
candidature pose de coordinatrice micro-crè ...
responsabilité professionnelle protection d ...
Besoin d’aide [2]
Recherche un stage AS
Urgent - postes à pourvoir au CHU de Bordea ...
OFFRE DE STAGE AUX ETUDIANTS ÉDUCATEURS SP ...
une équipe pour sortir les personnes âgée ...
poste Assistant social psychiatrie paris 12
recherche documentation [3]
Stage conseillère en économie sociale et f ...
Educ en prévention spécialisée [1]
Poste assistante sociale nice CDD
Pti coup de ras llbol
hierarchie assistante sociale/service hospit ...
Dernier document mis en ligne

Programme des Journées du M.A.I.S. Tarifs - Repas - Hébergements Bulletin d’inscription

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2019

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |