Un regard...
en 653 articles
et 370 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL









vendredi 26 mai 2006
Un festival pour la non-violence
par Didier Labertrandie


Les 1, 2 et 3 juin, le festival Camino, manifestation populaire visant à promouvoir la non-violence, se déroulera à Tournefeuille en banlieue toulousaine


Conférences, villages associatifs, animations de rue, spectacles, expositions, concerts... pendant trois jours, la petite ville de Tournefeuille (PS) va se transformer en cité de la non-violence. Symboliquement, et le temps du festival, les noms des rues et des places ont été changés en Gandhi, Luther King, Chico Mendes ou David Henry Thoreau. « Ne serait-ce que pour la série exceptionnelle de conférences qui y seront données, un tel festival ne peut qu’intéresser au plus haut point tout travailleur social », souligne l’une des chevilles ouvrières de Camino, Patrick Jimena, directeur de l’association columérine socio-éducative (ACSE) et du centre de prévention spécialisée qu’elle gère. Outre ces conférences, le festival, organisé par un collectif d’associations, propose toute une série de débats dans des domaines aussi variés que la lutte contre le racisme et les discriminations, le droit des femmes, la résolution positive des conflits, la liberté d’expression... Ce sera aussi l’occasion de lancer le manifeste Camino [1], conçu dans le droit fil de la déclaration des Nations Unies qui a proclamé 2001-2010 « décennie internationale de la promotion d’une culture de la non-violence et de la paix au profit des enfants du monde ».

Une tradition de non-violence

Il y a déjà longtemps que le club de prévention est sensibilisé à la non-violence, mais il a vraiment pris la mesure de son action au cours d’une conférence de Jean-Marie Muller, organisée en 2003 dans un collège. « C’est comme si on avait soudain découvert qu’on faisait de la prose sans le savoir », se souvient Patrick Jimena. « Car les propos qu’il nous a tenus correspondaient complètement à notre façon de voir. Et en même temps qu’il nous confortait dans notre démarche, Jean-Marie Muller nous ouvrait de nouvelles perspectives. Nous ne connaissions pas vraiment jusqu’alors la non-violence, que l’on confondait avec le pacifisme, voire avec la passivité. Nous avons compris que pratiquer la non-violence ne consiste par à nier le conflit, mais au contraire, à opposer un non de résistance à toute forme de violence que génère l’injustice. » Or, insiste le directeur du club de prévention : « Il ne suffit pas de rester dans le discours incantatoire qui se contente de dire stop à la violence et vive le respect. Il faut proposer des solutions alternatives. La non-violence ne s’accommode pas de la paix au prix de l’injustice. » Et d’ajouter : « Dans les collèges et les quartiers où nous agissons, nous devons ensemble favoriser une autre manière de penser les rapports entre les habitants. Notre posture n’est plus de pointer exclusivement les difficultés, mais bien plus de redonner confiance dans des capacités cachées, enfouies ou à révéler. Nous mobilisons des forces pour des actions collectives. Nous montrons, avec persévérance, les nécessités de réinvestir dignement la vie de tous les jours. » Ainsi, lorsque les cinq éducateurs du club de prévention s’impliquent dans un quartier, « c’est pour le regarder à partir de ses richesses et de ses potentialités », souligne Patrick Jimena. « Déambuler dans la rue pour déambuler nous pose problème même si c’est intéressant de le faire pour mieux sentir l’ambiance, mais ici, le travail de rue se fait car il va alimenter un projet en cours, accompagner une recherche particulière, satisfaire un besoin d’information, bref, lui donner du sens. »
Ainsi l’ACSE et son club de prévention ont-ils généré une multitude d’actions collectives, parmi lesquelles des créations d’associations qui agissent dans le champ culturel, sportif, social et qui ont aujourd’hui pignon sur rue. L’un des derniers enfants du club de prévention n’est pas le moindre puisqu’il s’agit du centre de ressources sur la non-violence de Midi-Pyrénées. Il n’en existe que quatre ou cinq dans toute la France. Ouvert à Colomiers, ville contiguë à Tournefeuille, ce centre dispose d’un pôle ressources documentaires, unique en France par sa richesse et sa diversité, un pôle ressources pédagogiques, qui édite et diffuse de nombreux outils pédagogiques, un pôle formations, proposées sur site ou en interventions externes, et un pôle réflexion qui organise conférences, projections, débats et publie une lettre trimestrielle d’information. Une vingtaine d’associations sont adhérentes ainsi que 200 particuliers. Le centre dispose d’un site www.non-violence-mp.org

Post-Scriptum

Teste paru dans Lien Social n° 798 du 25 mai 2006








# Dans la même RUBRIQUE
18 Articles

Légion d’honneur pour Martine Trapon
Le travail social bouge encore
L’Appel des appels, un an après
Le Comede appelle à la rescousse
L’Appel des appels : entrons en résistance !
Vivre sa citoyenneté en institution
"Plume", la revue du CLICOSS 93
Le Collectif 2007 pour une action citoyenne
Le droit de vote des étrangers est inéluctable
TRAVAIL SOCIAL ENTRE COUR ET JARDIN
Qui a véritablement peur du changement ?
URGENCE
Travail social et démocratie
A l’usage de la citoyenneté ordinaire
Délinquance politique ?
Réforme de la loi de 75 : le cheval de Troie du droit des usagers
Socialiser, éduquer, « citoyenniser » sont-ils une même affaire ?
Manifeste du Web indépendant

Notes

[1] Pour connaître le programme de Camino : http://www.festival-camino.com ou par téléphone : 05 61 78 40 74




Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

2 mai 2019
Définition du Travail Social
L’amour de l’autre, c’est du christianisme. L’amour de l’outre, c’est de l’alcoolisme. Le travail social vise seulement à l’accueil inconditionnel, et (...)

5 avril 2019
Un médiateur des personnes en situation de handicap
Bonjour Je recherche les coordonnées du médiateur du handicap dans les Alpes Maritimes

23 mars 2019
« J’ai assisté un élève en conseil de discipline »
Un éléve exclu par conseil de discipline peut-il revenir des son établissement avec sa famille. Pour voir l’assistante sociale. Le chef (...)


23 mars 2019
« J’ai assisté un élève en conseil de discipline »
Suite une bagare aux abords de l’établissement, l’un des eleves a sortit un couteau. Voyant la tournure des choses il le jette par terre. L’ autre (...)

15 mars 2019
Avis du CSTS relatif au fonctionnement des commissions et instances chargées d’étudier les situations individuelles
Qu’en est-il des rapports pour la ccapex, la personne expulsée ne se présente pas au rendez-vous, on me demande de rédiger les éléments connus de la (...)

23 février 2019
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Etant une victime d’une escroquerie financière et d’abus de confiance sur le site FC MINAGE je leur ai donné 30300 et je devais récuperer soit disant (...)


responsabilité professionnelle protection d ...
Besoin d’aide [2]
Recherche un stage AS
Urgent - postes à pourvoir au CHU de Bordea ...
OFFRE DE STAGE AUX ETUDIANTS ÉDUCATEURS SP ...
une équipe pour sortir les personnes âgée ...
poste Assistant social psychiatrie paris 12
recherche documentation [3]
Stage conseillère en économie sociale et f ...
Educ en prévention spécialisée [1]
Poste assistante sociale nice CDD
Pti coup de ras llbol
hierarchie assistante sociale/service hospit ...
Préparation de ma rentrée en formation
Projet de recherche CNRS
Dernier document mis en ligne

Programme des Journées du M.A.I.S. Tarifs - Repas - Hébergements Bulletin d’inscription

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2019

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |