Un regard...
en 656 articles
et 372 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL









dimanche 23 juin 2002
Un médiateur des personnes en situation de handicap
par Charles GARDOU


On admet dorénavant que ceux qui vivent une situation de handicap ne veulent et ne peuvent plus être traités sous le seul angle de la maladie et des allocations. On reconnaît aussi qu’ils sont détenteurs de droits qui ne valent que si chacun peut en jouir : droit à l’éducation et à la formation, à une vie professionnelle, à l’information, à la culture, aux loisirs et aux activités sportives ; droit à une vie familiale, affective et sexuelle ; droit à l’accès aux fonctions de représentation publique ; droit au choix, à l’autodétermination et à une vie autonome, moyennant des dispositifs et des accompagnements ajustés à leurs désirs et à leurs besoins.


Or, au-delà de cet apparent consensus, la multiplication actuelle des conflits et de réclamations dénote l’immensité des difficultés et des incompréhensions. Enfants, adolescents, adultes affectés par une déficience sont encore nombreux à vivre aliénés à leur différence, à être privés de leurs droits légitimes, à ressentir la pénible impression d’être là sans exister pleinement, sans pouvoir s’extraire de la catégorie dans laquelle on tend à les incarcérer. Et plus d’un quart de siècle après la loi d’orientation de juin 1975, on ne leur permet toujours pas d’être réellement reconnus sans condition comme sujets, personnes, citoyens à part entière et de jouer pleinement leur rôle dans la communauté humaine.

Un veilleur des droits des plus vulnérables

Aussi, parmi d’autres mesures à envisager dans le cadre de la refonte en cours de la loi de 1975, pensons-nous indispensable et urgente la création d’une fonction de médiateur des personnes en situation de handicap. Il serait chargé de garantir le respect de leurs droits et de leur intérêt supérieur, en même temps que l’excellence de leur scolarisation, de leur insertion dans le travail, les loisirs, la société... Car c’est bien d’excellence dont il convient désormais de parler, et non de « solutions » éducatives, professionnelles... qui ne sont souvent que des pis-aller. Il s’agit de cette manière de mettre en actes ce que l’on appelle une « citoyenneté partagée », de revitaliser concrètement la démocratie et, in fine, de garantir les libertés fondamentales dont les plus vulnérables se trouvent encore privés.

Un intercesseur et un prospecteur de réformes

Directement rattaché à la médiature de la République, le médiateur des personnes en situation de handicap, traite les plaintes et réclamations émises par les personnes en situation de handicap, leurs proches, leurs accompagnateurs, les professionnels exerçant auprès d’eux, les syndicats, les associations et tous ceux qui constatent, en ce domaine, des cas objectifs de privation de droits, d’injustice, d’exclusion, de dysfonctionnement. N’entrent donc pas dans son champ d’intervention les critiques générales sans lien avec une situation particulière faisant l’objet d’un véritable litige. Dans son rôle d’intercesseur, il s’efforce de résoudre, de façon constructive, les différends : par exemple, exclusion scolaire illégitime d’un enfant [1], refus d’embauche d’un adulte reconnu handicapé, impossibilité d’accès à un « espace citoyen », tel un lieu de culture, de détente... Privilégiant le dialogue, il tente de parvenir, avant toute procédure juridictionnelle, à un accord satisfaisant pour les parties concernées, auxquelles il présente éventuellement des « recommandations en équité ». Ici, il s’applique par la négociation à faire respecter la règle de droit.

Là, dans un rôle indissociable de prospecteur de réformes, il émet, auprès des pouvoirs publics, des propositions qui, fondées sur le bon sens et la justice, sont susceptibles de remédier : à l’imperfection, à l’iniquité de la règle en vigueur et à l’inadaptation de textes législatifs ou réglementaires qui l’énoncent (ambiguïté de la notion de « priorité éducative » dans la loi de 1975) ; au mauvais fonctionnement des services, commissions (CDES, COTOREP), collectivités, établissements ou organismes publics, et enfin aux défaillances des pratiques administratives, que l’on peut objectivement constater lorsque les institutions ne font pas ce qu’elles devraient faire ou bien lorsqu’elles font ce qu’elles ne devraient pas faire envers ceux qui vivent le handicap au quotidien (discrimination, abus de pouvoir, absence manifeste d’information, retards abusifs dans le traitement de dossiers, incoordination des services, application tatillonne de la règle de droit, manque de communication avec la personne concernée...). Ces deux rôles se trouvent indéfectiblement liés. Il serait en effet illusoire de chercher à remédier aux problèmes que rencontrent les enfants, adolescents ou adultes en situation de handicap, à corriger les injustices dont ils sont victimes, à atténuer les conséquences des dysfonctionnements administratifs... sans s’attaquer aux causes des carences constatées.

Dans sa mission, le médiateur s’appuie sur des correspondants départementaux qui, vivant au plus près des difficultés quotidiennes, ont comme lui et en lien direct avec lui une fonction de dialogue, de prévention et de quête de réponses ajustées [2]. Cette nouvelle médiation ne vise pas, bien sûr, à se substituer à une recherche d’amélioration du système global en faveur des personnes en situation de handicap, mais elle a pour objectif d’y participer et d’impulser d’autres avancées.










Covid19 : ordonnances relatives aux personnes handicapées et aux ESMS
Coronavirus : mesures prises pour les ESAT et les travailleurs d'ESAT
COVID-19 : les aides sociales seront versées automatiquement
 



Musique : à l’écoute de 4 artistes handicapés pour adoucir votre confinement
Au foyer, résidents handicapés et salariés s’adaptent à l’isolement pour échapper au coronavirus
[FAQ] 3 handicap et coronavirus : « À quelles conditions mes droits à l’AAH seront-ils prolongés ? »
 



Décret n° 2019-1464 du 26 décembre 2019 relatif à l'évaluation de la situation du majeur à protéger transmise au procureur de la République
REPORT - Formation FNMJI PARIS 02 Avril 2020
2020 01 15 Décret n° 2019-1464 du 26 décembre 2019 relatif à l'évaluation de la situation du majeur à protéger transmise au procureur de la République
 



TikTok censure les personnes handicapées pour les "protéger"
Covid-19: autisme, des familles dépassées par le confinement
Covid-19 : trop de personnes handicapées en danger?
 



# Dans la même RUBRIQUE
12 Articles

Logements adaptés - LETTRE OUVERTE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE
Le regard d’un juge des tutelles
Les enjeux du débat autour du handicap psychique
La prise en charge en C.A.M.S.P.
Le temps des rites
Handicap en chiffres 2005
Mettre en place, en institution, une activité d’éducation affective et sexuelle
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le polyhandicap...
Comment traitons-nous les personnes handicapées ?
Un Café Signes pour une belle rencontre
Les CAT interpellés
Handicap : comment avoir accès au quotidien ?


# Du même AUTEUR
1 Articles

« On tuera tous les affreux ! »


# A voir sur le WEB
7 Références

FEGAPEI - Fédération nationale des associations gestionnaires au service des personnes handicapées et fragiles
 

Actualités de l’Agefiph
 

Le site de la FNMJI
 

MSSH
 

Faire Face
 

Personnes Handicapées
 

Unapei
 

Notes

[1] S’agissant de tout litige relatif à la scolarisation des enfants et adolescents handicapés (de la maternelle à l’enseignement supérieur), il traite les réclamations en lien direct avec le médiateur de l’Éducation nationale.

[2] Ce modèle emprunte à la fois à celui de médiateur de la République (1973) et à celui de médiateur de l’Éducation nationale (1998).




3 Messages de forum

  • > Un médiateur des personnes en situation de handica 4 juillet 2002 16:10, par Pascale

    La proposition est attirante, elle est aussi habituelle.Si l’on se fie aux expériences passées, on peut douter de l’efficacité de ces solutions. Que dire de l’impact du médiateur de la république sur le fonctionnement de l’administration française ?...
    Il semble que ces solutions ne font qu’ajouter un "étage à la structure complexe que constituent les interlocuteurs des familles et des handicapés. Connaissant le problème de la scolarité, il existe déjà handiscol qui vient en aide aux familles. Le problème fondamental est celui de l’information et de l’audace : il faut oser se plaindre et réclamer, ne serait-ce que les coordonnées des médiateurs. Or les familles sont souvent prostrées et n’osant effectuer aucune démarches de réclamation. Elles se sentent coupables, et parfois, elle ont honte ; pudeur,peur,crainte des retombées...peu importe.
    Il faudrait surtout de toute urgence, faire en sorte que l’interlocuteur incontournable soit disponible pour être une ressource en matière d’information:l’hopital ,les personnels soignants,et les services sociaux hospitaliers. C’est le point de départ. Le médiateur intervient quand il est trop tard et ily a trop de médiateurs aujourd’hui:médiateur de la famille, des enfants...On fini par se demander s’il n’est pas la réponse à la bonne conscience de la socièté.

    Répondre à ce message

  • Un médiateur des personnes en situation de handicap 5 avril 2019 15:34, par Dekeyser

    Bonjour
    Je recherche les coordonnées du médiateur du handicap dans les Alpes Maritimes

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

10 février 2020
L’accompagnement : une fonction du travail social
Bonjour je suis doctorante en sciences de l’éducation et mon sujet est : Accompagnement individuel des adolescentes en situation de transe en (...)

2 mai 2019
Définition du Travail Social
L’amour de l’autre, c’est du christianisme. L’amour de l’outre, c’est de l’alcoolisme. Le travail social vise seulement à l’accueil inconditionnel, et (...)

5 avril 2019
Un médiateur des personnes en situation de handicap
Bonjour Je recherche les coordonnées du médiateur du handicap dans les Alpes Maritimes


23 mars 2019
« J’ai assisté un élève en conseil de discipline »
Un éléve exclu par conseil de discipline peut-il revenir des son établissement avec sa famille. Pour voir l’assistante sociale. Le chef (...)

23 mars 2019
« J’ai assisté un élève en conseil de discipline »
Suite une bagare aux abords de l’établissement, l’un des eleves a sortit un couteau. Voyant la tournure des choses il le jette par terre. L’ autre (...)

15 mars 2019
Avis du CSTS relatif au fonctionnement des commissions et instances chargées d’étudier les situations individuelles
Qu’en est-il des rapports pour la ccapex, la personne expulsée ne se présente pas au rendez-vous, on me demande de rédiger les éléments connus de la (...)


Crypto Mining Investment 500% per 6 hours fo ... [1]
Bitcoin Financial Freedom - 8400% after 48 h ...
Manager d'organismes à vocation sociale et ...
prise en charge des employés d'une entrepri ...
Avez vous des livres à me conseiller?
Prepa concours ASS
besoin d'aide
Recherche de stage
Recherche de Stage
Recherche de stagiaire
candidature pose de coordinatrice micro-crè ...
responsabilité professionnelle protection d ...
Besoin d’aide [2]
Recherche un stage AS
Urgent - postes à pourvoir au CHU de Bordea ...
Dernier document mis en ligne

Le livre que tous les travailleurs sociaux devraient lire...

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2019

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |