mardi 27 avril 2004



L’engin

Yves-Marie Nihouarn






L’engin

Flanquée de quatre énormes pneumatiques, la carapace rouge rutilante est emmanchée d’un bras pliant gigantesque terminé par une nacelle. Un homme y est perché qui commande le tout. L’engin, au carrefour de la rue d’Hauteville et des Messageries, en impose.

Verticalement, il peut atteindre le faîte de l’immeuble. Horizontalement, enjamber le canal Saint-Martin. La manœuvre attire d’autant l’attention que la moindre pivotation des roues, le plus petit mouvement depuis le sol ou en vol de la nacelle suppose la mise sous pression des vérins hydrauliques qui, au centimètre près, le permettent. Le compresseur convoquant alors les 800 chevaux indique le constructeur qui, sous le capot, rugissent à la moindre commande de la console où, du doigt, du haut de sa monture, officie le Bartabas ès Diesel.

Etincelant, le dinosaure télescopique semble sortir de son emballage. Il est aussi impressionnant par cette alliance de puissance et d’agilité, qu’intriguant par son intention.

Après nombre d’ajustements vombrissants, la nacelle s’est fixée sur un point de la façade de l’immeuble, au-dessus de son porche d’entrée, à hauteur d’une échelle d’artisan. Le châssis roulant du mobile grimpant, recul oblige, occupe la chaussée de la rue.

L’homme se penche et, d’un pot, sort un pinceau. Il recouvre de peinture rouille une briquette de la façade. Puis remet le pinceau dans le pot. L’engin reprend son ballet, les huit cent chevaux leurs tours. La navette se déplace d’un mètre à droite. Pour une couche de peinture rouille sur une autre briquette.

Pourquoi de la peinture brique sur de la briquette dont la couleur, par nature, est inaltérable ? Pourquoi telle brique plutôt que telle autre ?

Juste en dessous, dans l’arrondi du linteau, est gravé : GARDE REPUBLICAINE.

Cette semaine, le président de la République - combien de chevaux sous le capot ? - a déclaré avoir entendu les Français.

Paris, avril 2004.




Pour citer cet article :

Yves-Marie Nihouarn - « L’engin » - OASIS - Le Portail du Travail Social - http://www.travail-social.com. - avril 2004.