samedi 15 décembre 2001



Délinquance politique ?

Patrick REUNGOAT





Michel Foucault, dans une approche structurale des phénomènes de pouvoir, a démontré il y a plus de 20 ans comment au 19ème siècle, la punition des corps a été remplacée par un système de surveillance généralisée des « âmes ». Son analyse rigoureuse du système carcéral a montré comment la prison a découpé parmi les diverses formes d’illégalismes populaires et de résistance à l’oppression de cette classe ouvrière explicitement ju-gée alors comme dangereuse, une forme d’illégallisme qu’elle a découpé, aménagé et reproduit depuis lors grâce au moyen de la prison : La DELINQUANCE. Elle l’a fait d’ailleurs en s’adjoignant la science et ses experts, travailleurs sociaux compris, au cours du 20ème siècle.


La délinquance n’est ni « juvénile » ni nouvelle, pas plus que son analyse. Il faut donc produire un effort spécifique de rejet ou d’oubli des travaux de recherche les plus conséquents dans ce domaine pour pouvoir parler du traitement de la délinquance des mineurs sans en reprendre les causes, toujours renvoyées à un social en crise, à l’inéluctabilité des changements économiques et des conditions de vie des populations, que seule peut être la « politique de la ville » serait censée prendre en compte. Toujours est-il que le dernier Haut Conseil de Sécurité Intérieur a encore fait fort puisqu’on n’y parle plus du tout du travail social et seulement du renforcement des effectifs de police et un peu de la politique de la ville qui semble ainsi prendre un tour de plus en plus sécuritaire. Nous pensons toujours quant à nous que les travailleurs sociaux sont plus qu’utiles, indispensables, tant dans leur fonction d’alerte que de soutien vis à vis des populations les plus fragiles et les plus exploitées ou abandonnées pris dans la même logique que certains pays ou territoires du Sud dont certains puissants pensent qu’il n’y a plus rien à retirer en terme de profit. Le HCSI a donc opté pour un vaste plan de développement de la police... de proximité. Est-ce là le sens de la territorialisation qui devait rapprocher la décision publique de l’usager et du citoyen dans les systèmes démocratiques modernes ? Il demeure de la responsabilité des travailleurs sociaux que de revendiquer leur rôle, qui doit s’affirmer comme le contraire d’un contrôle idéologico-assistantiel des gens sur ces questions comme sur les autres, tel le moyen juridique discret de stérilisation des personnes handicapées passé en deux alinéa du projet de loi sur l’allongement de la période légale d’IVG et adopté en première lecture par l’assemblé nationale.

Il apparaît de plus en plus certain que les questions de « sécurité intérieure » vont être l’un des thèmes clés de la période à venir qui va fonctionner comme une longue année préélectorale. A nous qui ne sommes pas prisonniers de la logique politicienne de rappeler fortement que les conditions de vie inacceptables de millions de personnes et de mineurs, citoyens véritablement privés de ce fait d’exercer leur vie honorablement, ne peuvent être niées ou occultées par des logiques d’intérêt financières, de classe ou de mandats électifs. C’est une responsabilité professionnelle, individuelle et collective de tous les travailleurs sociaux que de ne pas se laisser mentalement piéger pas la médiatisation de la peur des pauvres par les puissants mais au contraire d’affirmer la valeur des pratiques cliniques, de la continuité éducative et de la lutte pour l’obtention des moyens de gagner et de décider de sa vie qui font défaut aux personnes les plus en difficultés.

Trois chiffres et une question en guise de conclusion : de 1999 à 2000 la délinquance de voie publique a augmenté de... 2,01%, la criminalité économique de 19,08%, la falsification de cartes de crédit de 25,23%. De combien ont augmenté les « minima sociaux » et ou est alors l’urgence ? Elle est à traiter les problèmes en les posant correctement. Pas à rassurer en vue d’être élu ou réélu, pour les travailleurs sociaux du moins.


Post-Scriptum

Article paru dans le journal Éduc’Action - N°15 - 2ème trimestre 2001





Pour citer cet article :

Patrick REUNGOAT - « Délinquance politique ? » - OASIS - Le Portail du Travail Social - http://www.travail-social.com. - décembre 2001.